26.3.14

Mars le renouveau








Que j'aime ce mois de mars! J'ai fêté mon anniversaire, en toute simplicité, au début du mois, le jardin renaît, les jours grandissent, le soleil éclaire différemment le jardin chaque jour, les iris embaument, et j'ai même aimé les giboulées du week-end dernier où le soleil n'apparaissait que lorsqu'il pleuvait! Et puis j'ai fini hier mes séances de kiné pour ma cheville, je peux refaire mes trajets à pieds, et la petite souris enchaîne les cours d'initiation à divers instruments, avant de choisir à la fin de l'année, celui qu'elle adoptera l'année prochaine. Elle est enthousiaste, et c'est un régal de la voir apprivoiser un instrument tel que.. le basson! La semaine prochaine, c'est le hautbois qui commence, et j'espère qu'elle pourra aussi essayer un instrument à cordes avant la fin de l'année : lors d'un concert de harpe et ensemble de cordes samedi, elle était fascinée par les violonistes.
Et puis côté tricot, j'ai fini plusieurs ouvrages que je ne vous ai pas encore montrés, un bonnet, un châle et un gilet. J'ai commencé de tricoter du coton, dans l'euphorie des premiers jours chauds de mars, et puis prévu 2 autres tricots à refaire, le gilet arc-en-ciel de la petite souris, malencontreusement perdu par ma belle-mère qui la gardait pendant les vacances, et un tricot que j'aime beaucoup mais trop court ce qui fait que je ne le porte jamais.. Pour commencer par celui commencé avant tous les autres, mon Twenty-ten, il y a, oh, à peine 2 ans, avec le groupe du "No-buy month" de Ravelry, qui avait pour but de tricoter de la laine du stock. La Cascade Eco+ que j'ai utilisée avait bien été achetée pour ce gilet, mais quelques mois auparavant.. et elle attendait patiemment. Elle a attendue encore puisque je n'ai fini que le mois dernier ce gilet auquel il ne manquait plus que les manches.. Un comble quand on sait que c'est le plus simple de ce gilet, plus de diminutions ou d'augmentations à compter, plus de point de blé, de boutonnières à placer ou de mailles à relever.. Enfin bref, je l'ai fini et même s'il m'a fallu encore plusieurs semaines pour trouver les boutons, ça y est, et aussitôt cousus, aussitôt enfilé et porté! Avec le temps qu'il fait, il est encore tout à fait de saison. 
Et puis juste un mot sur les photos, la photo classique du gilet en entier, mais il y a eu aussi plusieurs photos moins cadrées, un peu floues parfois, où l'on me voit plus que ce que l'on voit le tricot, prises par une petite photographe en herbe de 6 ans et quelques mois, qui s'est régalée à me faire prendre la pose et me photographier, ce qui m'a beaucoup amusée aussi, avec l'appareil des grands, bien lourd, pourtant, pour ses petites mains! 





Enfin, malgré mon envie continue de revenir ici plus souvent, je crois que c'est la nouvelle configuration de notre salon depuis ce week-end, et la réinstallation de quelque-chose qui ressemble beaucoup plus à un bureau que ce que j'avais depuis le mois d'août, va favoriser le retour vers le blog, le mien et les vôtres. C'est incroyable comme le fait d'être bien installée me facilite la vie, enfin l'internet! Assise devant une table, avec le clavier bien positionné, la souris facilement utilisable.. je me demande d'ailleurs si la raréfaction de publication et de fréquentation des blogs n'est pas due à l'utilisation des tablettes par un nombre toujours plus important de personnes. En tout cas en ce qui me concerne personnellement, le retour à la configuration classique est révélatrice, et un plaisir, et me permet de vous dire avec plus de confiance, à bientôt! 

12.3.14

Des froufrous - toute une histoire








Avant le printemps, c'est à dire, avant son arrivée officielle, et même si on s'y croirait déjà, un peu de laine, de la laine de janvier, déjà, un tricot fini dans les premiers jours de mon arrêt de travail. Ce qui finalement tombait à pic parce que les rangs déjà longs, avec les augmentations à la chaîne pour créer les volants, je crois que ça m'aurais pris des jours et des jours en temps normal. Mais là non, ce qui m'a permis de ne pas détester ces derniers rangs. 
Une genèse un peu épique pour ce modèle, que l'on avait choisi de tricoter ensemble, Véronique, Sandrine et moi, à l'automne, disons au moment de la sortie du patron. Chacune avait de son côté d'autres projets en cours ce qui nous a porté jusqu'au mois de janvier. 
Pour la laine, j'avais dans l'idée très précisément le coloris Perfect Love de Abuelita Yarns, mais malgré des mois de guet sur Laine et Tricot, impossible d'avoir ce coloris en stock. Je me suis résignée à chercher ailleurs, et je n'ai pas trouvé. J'ai juste fini par trouver une couleur qui me plaisait vraiment chez ma marchande de laine en ville, sauf que.. ce n'était pas de la laine, mais un fil estival (Mango de Bouton d'Or), coton mélangé. Un fil sport, à peine plus épais que ce que je voulais en plus, mais j'y ai quand-même ajouté un fil de mohair d'Anny Blatt couleur Saumon, pour réchauffer un peu le tout. Pour le reste des couleurs, pour les volants, j'avais vu un joli choix chez Purple Laine, d'alpaga et de merinos (et en plus j'avais bien envie de tester la boutique). J'ai bien étudié les différentes combinaisons de couleur et leur succession sur le modèle, et tout ce que je pouvais faire, (fil simple ou fil en double, j'ai commandé de quoi pouvoir faire le plus grand volant avec n'importe lequel des fils, en simple ou en double selon ce que ça allait donner, indécise que je suis). Et puis j'ai commandé aussi un peu de ce fil-là, qui avait une couleur assez proche de celle que je recherchais pour la partie principale du châle, en me disant que si vraiment la Mango ne faisait pas l'affaire, je pourrais peut-être recommencer avec celle-là. 
Au final, je n'ai pas été déçue par les couleurs! Et ce fil couleur pêche me plaisait tellement (il est si doux.. ) que j'ai décidé de tenter le tout pour le tout, alterner un rang de Mango avec un rang de ce Purple Merino DK. Et aussi, je me suis rendue compte que l'alpaga n'était pas comme celui de Drops un fil "sport", il est beaucoup plus fin. Voilà ce que c'est que de focaliser sur les couleurs et de laisser de côté les questions techniques..
Ce qui fait que j'ai un tricot avec des fils d'épaisseur totalement disparates, que j'ai quand-même tricotés avec seulement 2 aiguilles différentes. La purple merino DK tricoté avec le même n° d'aiguilles que la Mango donne un tricot un peu trop dense, même si ce n'est pas visible, il manque un peu de souplesse à mon goût, les volants en alpaga au contraire sont tricotés un peu trop "aérés", même si j'ai de toute façon changé d'aiguilles, et ce qui m'embête aussi un peu c'est que je trouve que le châle manque un peu d'envergure (avant les volants), alors même que mon échantillon était plus grand que celui préconisé, avec ma laine qui n'avait rien à voir avec celle du patron..
Résultat : rien à dire sur le patron, ingénieux dans sa construction et agréable à tricoter, et qui fait la joie des petites filles avec ses froufrous!
Tout bien pour la commande chez Purple laines, livraison rapide et avec le suivi de colis, par contre, l'alpaca bleu turquoise a un peu déteint (et ce n'est pas parfaitement parti) sur la couleur pêche. Mon tort a été de laisser tremper plus que de raison, mais aussi je ne m'attendais pas à ça!
Notes pour moi-même : renonce à la bidouille! Tricoter 2 fils de grosseur différente avec la même aiguille, c'est pas l'idéal! Accepte de ne pas avoir exactement ce que tu imaginais et essaye de t'adapter plutôt que d'essayer de contraindre les éléments à ta volonté (cf point un, renonce à la bidouille). Et puis ne cède pas à la facilité (flemme), si tu changes de laine, change de laine pour de bon et recommence du début et avec les bonnes aiguilles. Si tu n'as pas envie de recommencer, assume ton choix et continue jusqu'au bout. (cf point un, vous avez saisi l'idée..)

Enfin bref, la petite souris aime beaucoup son châle, comme on peut le voir sur les photos, et c'est l'essentiel. Reste à espérer que j'apprenne de mes erreurs et que j'arrête de bidouiller.. Je ne sais pas si c'est possible!! Véronique par contre, elle, n'a pas bidouillé, et ça vaut le coup d'oeil, avec la splendide Pimprenelle de Laurence!! Sandrine, quand  à elle, nous fera voir sa version plus tard.. 
Bon, et puis je voulais vous parler d'un bonnet, mais je ne sais pas, j'ai l'impression que ce n'est déjà plus l'heure.. 

6.2.14

Les jours calmes







 




Je pense à ces jours à la maison comme à des jours entre parenthèse, par la force des choses je suis vraiment cloîtrée, je ne peux sortir seule que dans mon jardin, quand il fait beau. J'ai découvert avec joie que le matin, un grand nombre de petits oiseaux viennent habiter mon prunus et picorer les kakis, j'en ai compté jusqu'à 32, mais ils ne sont pas tous les jours autant. Depuis quelques matins c'est un rouge-gorge qui volette devant la maison,  on dirait qu'il niche dans un gros laurier-tin, ou alors il vient y manger les baies.. Et puis j'ai pu faire un tour des fleurs qui pointent vraiment bien en avance je trouve! Un iris et des violettes en janvier, je n'en avais encore jamais vu ici..
Je pense beaucoup à mon travail, un peu contrariée par la pression de ma collègue pour que je revienne avant la fin de mon arrêt de travail,  qui trouve que je ne serais pas plus mal sur ma chaise de bureau que dans mon fauteuil à la maison... 
Je mesure la désenvie que j'ai de ce travail, je n'y trouve pas de gratification, pas de reconnaissance non plus, pas de stimulation intellectuelle et pas de perspective d'amélioration de ces trois aspects, simplement c'est l'entreprise de ma belle-famille, et ça compte. Et puis je mesure aussi la chance que j'ai d'avoir un travail, un CDI et des horaires qui me conviennent pour pouvoir m'occuper de la petite souris quand elle rentre de l'école. Je me pose juste la question de savoir si j'ai raison de désirer plus que ce que j'ai. Objectivement je ne crois pas que je trouverais de meilleures conditions ailleurs, mais je ne ferme pas la porte non plus, définitivement. 
Je pense aussi à ce que j'ai constaté en Italie, à ce qu'il me semble en tout cas, où les gens parlent très peu de leur travail, c'est rarement un sujet de conversation en société et même entre amis, du coup j'ai l'impression que l'importance qui y est accordée est moindre, moindre comme statut social, et comme moyen de réalisation personnelle aussi. Comme s'il était accessoire. Je me dis que c'est pas si mal finalement.. Trouver ses satisfactions et gratifications ailleurs, ne pas trop attendre de son travail.. Mais peut-être qu'on nous a trop demandé "qu'est-ce que tu veux faire quand tu seras grand(e)?", avec cette pression sur les projets d'orientation, sur la projection dans l'avenir, comme si notre "valeur" dépendait de notre travail au final.. 
Enfin bref, évidemment je rêve d'autre chose, j'ai entrevu parfois des situations de travail où je me sentais vraiment bien, mais je crois que ça dépends aussi beaucoup plus qu'on ne le pense de l'entourage, des collègues et des supérieurs.. Enfin c'est ce qu'il me semble d'après mon expérience. 
Et vous, vous aimez votre travail, vous l'avez choisi? C'est un moyen de se réaliser pour vous? Je suis curieuse.. 

23.1.14

Changement de programme

Me revoilà, ça ne fait pas si longtemps pourtant, mais je me trouve clouée à la maison, avec tellement plus de temps devant moi que ce que j'en ai eu depuis mon congé maternité que je me sent à la fois pleine d'envie d'en profiter, et un peu inquiète à l'idée de ne pas mettre à profit ces vacances forcées, tout en occultant totalement le fait que je ne suis pas totalement remplacée au travail, et que le retour sera.. intense. Enfin, pour ce qui est de profiter, en même temps, mon champ d'action n'est pas immense, je peut marcher mais pas beaucoup, je suis équipée d'une sorte de grosse botte de surf noire en plastique rigide avec système de gonflage intégré pour bien caler le pied et la cheville. Botte que je peux quitter, pour me laver ou si je reste parfaitement immobile, mais pas pour dormir par contre et pour l'avoir testé cette nuit, je peux vous dire que ce n'est pas vraiment confortable. 
Trois semaines avec cet accessoires, un gros bleu (enfin, violet) et une injection par jour pour prévenir une phlébite, c'est la conséquence d'un petit accident survenu en rentrant de l'école à pieds, vendredi dernier. Un monsieur ne m'a pas vu marcher au bord de la route (il n'y a pas de trottoir dans ma rue, juste un espace pour les piétons, délimité par un marquage au sol), il a été ébloui par le soleil, et m'a accrochée avec son rétroviseur qui s'est cassé sur mon dos, m'a faite tourner et tomber. J'ai eu beaucoup de chance, surtout d'avoir toujours fait marcher la petite souris du côté du fossé en me mettant à côté d'elle,  du côté des voitures. Elle n'a rien eu, juste une frayeur quand elle m'a vue tomber et rester à terre, mais j'ai pu la rassurer rapidement. Plus de peur que de mal, beaucoup de chance avec nous, de quoi se rappeler qu'il suffit d'un instant pour que tout bascule, et que la vie est fragile.. 

Le 13 septembre dernier, notre chemin pour rentrer de l'école

14.1.14

D'un an à l'autre









Commencé dès que ce fut possible, juste après avoir fini le bonnet de Père Noël de la petite souris, en profitant avidement de chaque instant de libre pendant les vacances, chaque maille tricotée avec bonheur, de 2013 à 2014, en attendant le prochain changement de couleur de ce fil magique.. Mon premier châle en Noro! C'est encore Céline qui m'a gâtée et permis de mettre les mains sur ces couleurs que je ne trouvais pas en vente sur les sites français, un peu avant Noël, les pelotes sont arrivées à point pour que je puisse les tricoter tout de suite. 
Pour la construction, je voulais juste un châle rayé, triangulaire mais pas trop (crescent shape comme disent les anglais), je suis partie, très inspirée par cette réalisation,  sur un modèle danois que l'on peut nouer dans le dos. Mais au final je ne me suis basée sur le patron que pour le début du châle, je n'avais pas envie d'avoir à compter les rangs pour savoir sur lequel je devais faire les augmentations, alors j'ai simplement suivi de tête le principe de l'Ishbel, 4 augmentations sur l'endroit, deux en bordure et deux au centre, de part et d'autre de la maille centrale, et 2 augmentations sur l'envers en bordure. Tout en point mousse, et j'ai tricoté jusqu'à ce qu'il ne me reste plus assez de laine pour finir mon rang, (j'aurais peut-être pu prévoir et m'arrêter avant, mais dans le doute, j'ai continué..) j'ai détricoté le rang non fini et le précédent pour rabattre les mailles. Précision technique, je n'ai pas fait de croisement spécial pour le changement de fil comme indiqué pour le Scalene, par exemple, et j'ai fait particulièrement attention à faire les premières mailles et les augmentations très lâches pour pouvoir bloquer le châle sans problème. 
Sauf que cette laine apparemment ne se bloque pas gentiment comme la plupart des autres, elle résiste, et mes efforts pour l'étirer sont restés à peu près vains. Je n'ai pas utilisé d'épingles, je ne voulais pas perdre toute l'épaisseur du point mousse en l'étirant au maximum. Mais finalement ça me plaît, comme si elle avait son caractère propre, voyez? 
Bref, ça fait longtemps que je rêvais de ces couleurs et de les tricoter, et je n'ai pas été déçue, je suis ravie. Je l'adore. J'ai même du mal à savoir si je préfère l'endroit ou l'envers.. et je serais presque repartie pour commander 2 pelotes supplémentaires pour continuer sur ma lancée..
Il reste un détail, c'est qu'à force de tricoter du point mousse, j'ai fini par avoir mal à la main droite, aux phalanges et au poignet.. Ne voulant pas m'arrêter pour autant, j'ai fait une grande première, j'ai testé le tricot avec le fil dans la main gauche. Bon, du coup je suis beaucoup plus lente, ce n'est pas naturel, mais ça pourrait venir. Par contre, je tricote beaucoup plus lâche de cette façon, c'est incroyable. Il faut juste le savoir et me méfier, si je change de côté en cours de tricot, il pourrait m'arriver des misères..

8.1.14

2014, c'est parti!


















Une très belle année 2014 à vous! Et une avalanche de photos pour se souvenir de ce début de 2014, nos premières vacances depuis longtemps, après celles consacrées aux travaux et au déménagement. Retour à Paris, presque 7 ans après notre dernière visite. Il y a 7 ans, nous avions annoncé ma grossesse à nos amis qui nous hébergeaient à chaque voyage dans la capitale, et avec qui nous avons partagé un certain nombre de visites de musées et d'expo, deux couples sans enfants, c'était.. une autre vie! Par chance nous avons pu nous croiser quand-même une après-midi et partager quelques heures parisiennes, non plus à 4 mais à 6. 
Bref, retourner à Paris, sans eux, et après tout ce temps, c'était un peu bizarre, mais je m'y suis retrouvée, différemment. Nous avons beaucoup privilégié les activités autour de la petite souris, les visites qui pouvaient l'intéresser, un rythme qui lui convenait, des pauses, et des activités ludiques! 
Ce voyage a été sous le signe de la fête et des manèges et des déplacements ludiques, même si ce n'était pas prévu au départ. La grande roue du jardin des Tuileries, "Parade", l'expo sur le thème du cirque dans la Galerie des Jouets du musée des Arts déco, la grande roue et les manèges de "Jours de fête" dans le Grand Palais, les escaliers mécaniques de Beaubourg, le bateau mouche. Un autre point récurrent qui m'apparaît de manière flagrante en revisionnant les photos, c'est.. l'éclairage électrique. Il fait nuit si tôt, sombre si souvent que beaucoup de photos sont faites avec un éclairage artificiel, et ça me gène, pas uniquement pour un aspect esthétique, mais parce que les journées sont encore trop courtes pour mon équilibre.. 
Je n'ai pas de grandes résolutions pour 2014, mais ce rendez-vous annuel me fait prendre conscience de ce qui change, ce en quoi j'évolue. En tout cas, janvier me donne quand-même toujours une impulsion pour redémarrer l'année, faire des choses qui doivent être faites, un peu comme un grand ménage non pas de printemps, mais de début d'année, pour bien commencer, l'esprit tranquille, et attendre le printemps.. 
Et vous, vous le vivez comment ce début 2014?  

22.12.13

Dans la nuit de décembre






J'étais curieuse, en revenant sur ce blog, de voir la date à laquelle mon dernier message avait été publié, je n'étais même pas sûre que c'était en décembre. Ce n'est pas faute d'avoir eu envie de venir par ici, mais rien à faire, je n'ai pas eu le temps qu'il me fallait. 
Mais si, mais si, finalement, c'était il y a quelques semaines, mais quand-même en décembre.. Enfin bref. 
Ce n'est pas encore ce mois, ni l'année qui s'achève, mais avec l'attente de Noël qui touche à sa fin, il y a quand-même le sentiment de quelque-chose d'imminent (ah bon??) et de la fin d'une période.. 
Elle a été marquée chez nous par une question qui a tourné, en rond, tourbillonné, s'est envolée un temps, puis est revenue, moins insistante mais toujours, toujours dans l'air.. Est-ce que le Père Noël existe vraiment? Il y en a qui disent que ce sont les parents. Mais alors qui met les cadeaux sous le sapin? Est-ce que c'est les parents? Et toi Papa, qui est-ce qui te met les cadeaux sous le sapin?
Toutes les questions ne sont pas venues au même moment, toutes à la suite comme je les rassemble ici, mais si les premières n'étaient pas réellement une vraie question, il y a quand-même eu un jour, il y a deux semaines, dans la voiture, où elle nous a dit que vraiment, elle voulait savoir la vérité. Alors fini d'esquiver, nous lui avons répondu, un peu la mort dans l'âme pour moi, je dois bien le dire, mais simplement. Elle a rit un peu, comme si elle était  contente vraiment, de savoir de quoi il retournait. Et puis nous sommes arrivés, sortis de la voiture, et elle a couru voir ses cousines. Quand on a repris la voiture pour rentrer plus tard, étrangement, c'est comme si elle avait oublié ce qu'on lui avait dit, elle nous a reposé la question.. Je n'ai pas répondu aussi clairement que la première fois, et finalement les jours suivant, c'était comme si la première discussion n'avait pas eu lieu, mais elle a cessé de demander si le Père Noël c'était les parents, pour demander uniquement si le Père Noël existe. Elle n'a plus redemandé qui fait les cadeaux. 
Alors je ne sais pas, j'ai l'impression qu'elle n'a pas si envie que ça finalement, de savoir de quoi il retourne. Je crois qu'elle sait au fond d'elle, qu'il ne viendra pas par la cheminée, mais pour la première fois elle a voulu faire une lettre au Père Noël et la mettre dans une grande boite aux lettres posée devant la mairie de notre ville. Elle a décoré l'enveloppe avec soin, nous irons la poster avant le 25. Aujourd'hui elle a parlé de la petite souris aussi, en se demandant si vraiment, la petite souris passe.. alors qu'il y a quelques semaines, elle s'était endormie en souriant d'avoir mis sa dent sous son oreiller, confiante.. 
Bon, voilà, oui, elle grandit, ma petite souris. Un peu plus vite que ce que l'on aimerait, parfois.. Mais il nous paraît évident qu'il ne faut pas lui imposer une vérité qu'elle n'a pas envie de voir, même si dans le fond, elle sait. Alors on fait comme si elle ne savait pas, en attendant qu'elle nous en reparle, et de voir ce qu'elle en dit. 
Symptomatique et touchant, d'ailleurs, cet épisode survenu mercredi dernier au cours de danse de la petite souris : le cours d'avant, celui des toute-petites, finit par "l'étoile", elles s'allongent par terre, les bras et les jambes en étoile et ferment les yeux. A ce moment-là, la prof de danse est passée et a déposé à côté de chacune des petites un petit chocolat. Alors à la fin du cours de la petite souris, elle leur a dit que comme elles savaient déjà qu'il y avait des chocolats, ce n'était pas une surprise, qu'elle allait les leur donner comme ça. Mais les demoiselles ont protesté et ont demandé si elles ne pouvaient pas faire comme les petites, refaire l'étoile, pour une fois, fermer les yeux et que ça soit une surprise. Un peu surprise mais très compréhensive, la prof a accepté. Et quand elles ont été allongées, elles ont décidé et dit qu'elles se retournaient sur le ventre, pour être sûres de ne pas voir la surprise..

En attendant, toujours à propos du Père Noël, il a fallu que j'improvise un bonnet pour le spectacle de Noël de l'école de musique, et si cela n'a pas été sans mal, je suis finalement assez contente du résultat, et en plus il tient vraiment chaud aux oreilles! 
Il y a eu aussi une belle après-midi avec les copines de l'ancienne école, pleine de joie et de rires, à refaire souvent, tant pis pour la fatigue. Et puis le retour surprise de ma "petite" soeur venue des Etats-Unis 2 semaines avant la date prévue, le plus beau cadeau de l'Avent pour nous tous et plus encore pour la petite souris qui lui a sauté dans les bras pour ne plus la lâcher dès qu'elle l'a vue.. (Pour celles qui ont vu le dessin animé "Ponyo sur la falaise", c'était Ponyo qui retrouve et bondit sur Sôsuke.. tout craché, dans l'élan, la spontanéité et l'émotion)  

Et puis de la cuisine, des sablés de Noël, des Lebkuchen mangés et des épices qui attendent d'être cuisinées, de la laine longuement convoitée offerte par une généreuse et irremplaçable bonne âme (la même que pour les Lebkuchen, d'ailleurs, il faut dire qu'elle me connaît bien..), et ce soir une ganache au chocolat qui prend dans le frigo pour recouvrir ma première bûche maison.. Je n'ose pas encore trop en parler, on va voir ce que ça va donner.
Et puis pour la suite, les festivités, la famille, les repas, les amis à voir avant de faire un petit saut à Paris pour commencer l'année.. dépaysés! 
Je ne suis pas sûre de revenir par ici avant, alors très bonnes fêtes à tous ceux qui font la fête, que la joie et l'esprit de Noël soit dans les coeurs! 

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails