14.5.07

La Pasta della domenica sera

Parce que le dimanche soir, on n'a pas vraiment envie de cuisiner. Le souvenir du repas dominical encore trop présent, le manque de temps car il faut commencer tout ce que l'on a repoussé au dernier moment mais qu'il faudra quand-même faire avant la fin officielle du week-end _ 23h59 pour repasser les fringues du lendemain, finalement, ça peut encore le faire_, une grosse flemme, ou encore l'envie de profiter jusqu'à la dernière goutte de ces moments de repos avant de recommencer la semaine... Bref, le dimanche soir, tout est permis, mais du coup, il faut se satisfaire de ce que l'on trouve.
Peut-être à cause de mon état, ou alors à cause de tout ce que je ne peux pas manger (et qui me semble tellement meilleur que ce à quoi j'ai le droit, évidemment) je suis difficile à satisfaire culinairement en ce moment. Mais comme je suis tellement gourmande, et qu'il me restait un peu d'énergie hier soir, je me suis mise aux fourneaux pour cuisiner une vraie sauce tomate comme je l'aime, en mesure de faire d'un plat de pâtes une gourmandise dont je voudrais reprendre même une fois rassasiée. Ça ne marche pas à tous les coups, l'inspiration, mais cette fois, si ! Je vous fais donc part de cette préparation.
Pour 2 ou 3 personnes (allez, même 4 si vous voulez), il faut 1 boîte de 400g de tomates pelées concassées ou pulpe de tomate, une dose généreuse d'huile d'olive (à titre indicatif, et à vue d'oeil, 4 cl), une carotte, 1 ou 2 gousses d'ail, du piment ou du tabasco, 1 cuil. à café de concentré de tomate, ricotta, 1 feuille de laurier.
C'est une variante de la sauce tomate la plus classique que j'ai vue faire en Italie.
On commence par peler la carotte et l'ail, et détailler la carotte en julienne, puis en petits dès.
Faire chauffer l'huile d'olive dans une casserole (une sauteuse, éventuellement, surtout si on multiplie les proportions).
Mettre la carotte et l'ail (coupé en 2 dans sa longueur et débarrassé du germe, c'est mieux), dans l'huile d'olive chaude. On laisse revenir à feu doux : l'ail doit cuire et devenir plus ou moins translucide, il ne doit pas griller ni brunir, les carottes non plus. 5 minutes devraient suffire, la cuisson finira ensuite dans la tomate.
Pour éviter les éclaboussures d'huile bouillante ou de tomate, ôter la casserole du feu le temps que le frémissement de l'ail et des carottes se calme, au moment de rajouter le contenu de la boite de tomate. La pulpe de tomate pelées et concassées est souvent un peu épaisse, on peut l'allonger avec de l'eau, 1 dl pour 400g de tomates environ.
Ajouter ensuite la feuille de laurier, le concentré de tomate, et la ricotta, bien mélanger, couvrir et laisser mijoter. Personnellement, j'ajoute toujours quelques gouttes de tabasco (4 pour cette quantité de sauce), ou une petite pincée de piment.
La sauce doit mijoter à feu doux, couverte d'un couvercle qui laisse s'échapper un peu de vapeur, ou bien à moitié couverte, pendant 5 à 10 minutes, selon que sa consistance est plus ou moins liquide. Quoi qu'il en soit, elle est toujours meilleure si elle cuit pendant quelque temps. Si vous faîtes cette sauce pour accompagner des pâtes sèches classiques, (du type sans oeufs, bien sûr), vous pouvez faire chauffer l'eau pratiquement dès le début de la préparation, et mettre les pâtes dans l'eau bouillante et salée une fois que la sauce, prête, commence à mijoter. Elles cuisent le plus souvent en 9 à 12 min., et ce devrait être suffisant pour la cuisson de la sauce. (Pour plus de détail sur la cuisson des pâtes, voir le post du 5 janvier dernier).
L'idéal pour bien assaisonner les pâtes avec cette sauce, c'est de les mettre juste après les avoir égouttées dans la casserole ou la sauteuse, avec la sauce tomate, en laissant le feu bas : elles restent chaudes pendant qu'on les mélange à la sauce. Il ne reste plus qu'à servir avec du parmesan fraîchement râpé, et déguster immédiatement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails