29.5.07

Soleil de mai

Clocher de l'église romane de La Garde Adhémar, caractéristique de la typologie romane locale.

"Bien-être et maternité", enfin arrivé !



Ca y est, je l'ai ! Arrivé hier, après bien des péripéties (commandé à la seule librairie en France le donnant comme disponible _ alors qu'il était en réédition, et non pas en stock), le chèque envoyé et toujours pas arrivé après 10 jours (et deux "ponts", il est vrai), finalement bien reçu par la librairie, le jour où le livre arrivait chez eux, expédié le jour-même et reçu hier dans ma boite aux lettres ! Mieux vaut tard que jamais..
Bon, il m'a l'air vraiment bien, dans un registre différent de celui d'Olivia Toja, beaucoup plus ciblé. Ils me seront complémentaires. Pour ce que j'ai vu pour le moment, l'auteur, le Docteur Bernadette de Gasquet, propose des renseignements pratiques, et des conseils au quotidien axés autour de la respiration, abdominale pour être précise. Il y a des schémas anatomiques très utiles à la compréhension de la place de chaque chose dans notre corps, et de ce qui bouge avec la grossesse. On trouve aussi des photos sur les bonnes et les mauvaises positions du quotidien, qui favorisent ou éliminent les maux de dos, les problèmes de circulation, et même les vergétures. Tout passe par une correcte position du bassin, qui conditionne l'alignement de la colonne vertébrale, qui elle-même favorise l'amplitude respiratoire, le dynamisme du périnée, le gainage des abdominaux..
Tout cela est détaillé point par point, et les explications sont plus difficiles à détailler qu'à mettre en pratique. L'auteur donne aussi beaucoup d'exemples de massages ou d'étirements destinés à soulager le dos, éventuellement remettre les vertèbres bien en place, assouplir le bassin, à faire seule ou avec un partenaire. La plupart de ces exercices peuvent servir aussi à se détendre au moment de l'accouchement, et limiter les douleurs inutiles, si si, je vous assure.
Bref, je n'ai pas encore testé les exercices, mais j'ai bien compris ce qu'il faut faire, et comment bien se tenir.
Alors si ce tour d'horizon vous intéresse, le livre est publié aux Editions Implexe, (ISBN 2-95103980-8), et coûte 28 euros.

25.5.07

Les petites graines qui poussent


Non, il ne s'agit pas de celle qui pousse dans mon ventre, mais de celles qui ornent mon balcon, et que je vous ai déjà présentées. Ma plante sans nom, qui continue à pousser, me berçant dans l'illusion d'avoir la main verte.
Je la photographie une fois par semaine, et voici donc, dans l'ordre, son état d'évolution au 17 mai, puis au 24..
Si ça se trouve, elle me fera même des fleurs !

22.5.07

Quatrième mois de grossesse


A la demande générale (de mes belles soeurs expatriées et de mes copines aux antipodes), et sans vouloir me regarder le nombril, vous m'excuserez mais voici une photo de mon ventre. Elle a moins d'une semaine, et si c'est celle qui montre le mieux la disparition de ma taille, en faveur d'une allure générale tubulaire, c'est aussi celle où je faisais la tête la plus absurde. Désolée, mais un minimum de coquetterie m'empêche de la publier in extenso..
Pour les nouvelles plus techniques, l'échographie express de vendredi nous a montré un bébé avec toujours ses deux bras, ses deux jambes, ses deux pieds et ses deux mains, en train de faire un geste que nous pourrons plus sûrement interpréter quand le sexe sera connu : il se passait la main sur la tête. C'était donc soit l'effort désespéré de son père le matin, pour aplatir les épis rebelles, de l'arrière vers l'avant, soit celui beaucoup plus glamour, de sa mère pour se recoiffer et mettre ses cheveux derrière l'oreille.. Le doute est encore permis.

21.5.07

Pasta al pomodoro crudo, un peu comme une salade

Avec le soleil qui revient, j'ai de plus en plus envie de tomates ! Cette semaine, c'est la recette de la "pasta al pomodoro crudo" que j'ai eue envie de faire, pour mon seul plaisir puisque c'était mon panier-repas de midi. Ceci-dit, elle est tellement simple et rapide à faire que je ne me prive pas de la proposer à mes invités en entrée, mais c'est aussi un plat parfait pour les buffets, ou encore pour accompagner les barbecues de l'été.
Qu'on la serve chaude, tiède ou froide, l'essentiel est de respecter la proportion tomate / pâtes, qui doit être à peu de choses près de même poids, ( pâtes sèches, s'entend ).

Je donne donc les proportions pour 4 personnes.

400 g de pâtes (courtes de préférence, orecchiette, penne ou mezze penne, radiatori)
450 g de tomates mûres (tomates grappe, ou une variété charnue et savoureuse comme la coeur de boeuf, ou encore la russe)
Basilic frais, (que l'on peut compléter avec de l'origan frais)
4 ou 5 cuil. à soupe d'huile d'olive extra vierge
80 g de Grana Padano ou parmesan
Sel, poivre
Ail, si vous voulez..

Laver (et peler si vous le souhaitez) les tomates, les couper en petits cubes et les laisser égoutter de leur eau.
Mettre ensuite les tomates en cube dans un plat creux, les saler, poivrer et assaisonner avec l'huile d'olive, ajouter les feuilles de basilic frais coupées à la main (si c'est du basilic à grandes feuilles), bien mélanger.
Faire cuire les pâtes dans un grand volume d'eau salée, puis les égoutter. Selon que vous souhaitez servir ce plat chaud ou froid, mélanger immédiatement les pâtes aux tomates préparées, ou rincer à l'eau froide (et bien égoutter !) les pâtes avant de les ajouter à la tomate.
Il ne reste plus qu'à raper le fromage sur le plat et servir.
Une option consiste à ajouter une gousse d'ail en purée au mélange de tomates, et une autre, dans certaines régions d'Italie, à mixer ou écraser les tomates (de préférence pelées cette fois), avec l'ail, l'huile d'olive et les herbes, avant d'y mettre les pâtes.
Personnellement, je n'ai jamais essayé la version mixée, mais après ma récente passion pour le gaspacho, je suis certaine que ça me plairait énormément.
Je dirais qu'après vous avoir raconté par le menu la recette, je n'ai qu'une envie c'est de la refaire ce soir.. j'ai faim !!!

15.5.07

Mes plantes vertes

L'année dernière, à l'occasion de notre mariage, nous avons reçu un très grand nombre de fleurs, plantes, compositions, etc.. comme il est d'usage ici. Parmi ces plantes, il en est une très belle, qui a eu malheureusement un accident, peu après son installation sur notre balcon. Présentée dans une corbeille, et posée en hauteur, elle n'a pas résisté à un fort coup de mistral qui l'a renversée, jetée à terre. Ses hautes tiges, de fleurs ou de feuilles, ont été cassées, mais elle a passé tout l'été toujours verte, sans flétrir, et je l'ai conservée telle quelle, en attendant de voir. Toute végétation a disparu pendant l'hiver, et il y a quelques semaines, quelques pointes vertes ont commencé à paraître. Maintenant, la croissance est exponentielle.




Je l'ai prise en photo le 3 mai, puis la semaine dernière, le 10 et déjà, elle ne rentre plus dans le cadre. C'est plutôt bon signe, même si je ne parierais pas qu'elle atteigne la hauteur et l'envergure qu'elle avait, à son arrivée. Ceci-dit, je ne sais pas exactement de quelle plante il s'agit : un arum vert, ou un calla? Je suppose que c'est de toute façon de la famille des aracées (Araceae) mais quelle variété ? Les fleurs ne se sont jamais ouvertes plus qu'elles ne l'apparaissent sur la première photo, et elles ne montraient pas le spadice (l'épi jaune qui porte les fleurs minuscules, ben oui, c'est un terme bien scientifique, mais je me suis documentée pour chercher à en savoir plus.. sans succès). Alors si vous avez une idée sur la nature exacte de cette plante, dont je m'occupe de manière totalement empirique, du coup, j'aimerais beaucoup en savoir plus.
Le détail rigolo, quand-même, c'est que vraisemblablement, elle ne nous était pas destinée car les prénoms des personnes sur la carte nous sont totalement inconnus.. le fleuriste devait vraiment être débordé ce jour-là !

14.5.07

La Pasta della domenica sera

Parce que le dimanche soir, on n'a pas vraiment envie de cuisiner. Le souvenir du repas dominical encore trop présent, le manque de temps car il faut commencer tout ce que l'on a repoussé au dernier moment mais qu'il faudra quand-même faire avant la fin officielle du week-end _ 23h59 pour repasser les fringues du lendemain, finalement, ça peut encore le faire_, une grosse flemme, ou encore l'envie de profiter jusqu'à la dernière goutte de ces moments de repos avant de recommencer la semaine... Bref, le dimanche soir, tout est permis, mais du coup, il faut se satisfaire de ce que l'on trouve.
Peut-être à cause de mon état, ou alors à cause de tout ce que je ne peux pas manger (et qui me semble tellement meilleur que ce à quoi j'ai le droit, évidemment) je suis difficile à satisfaire culinairement en ce moment. Mais comme je suis tellement gourmande, et qu'il me restait un peu d'énergie hier soir, je me suis mise aux fourneaux pour cuisiner une vraie sauce tomate comme je l'aime, en mesure de faire d'un plat de pâtes une gourmandise dont je voudrais reprendre même une fois rassasiée. Ça ne marche pas à tous les coups, l'inspiration, mais cette fois, si ! Je vous fais donc part de cette préparation.
Pour 2 ou 3 personnes (allez, même 4 si vous voulez), il faut 1 boîte de 400g de tomates pelées concassées ou pulpe de tomate, une dose généreuse d'huile d'olive (à titre indicatif, et à vue d'oeil, 4 cl), une carotte, 1 ou 2 gousses d'ail, du piment ou du tabasco, 1 cuil. à café de concentré de tomate, ricotta, 1 feuille de laurier.
C'est une variante de la sauce tomate la plus classique que j'ai vue faire en Italie.
On commence par peler la carotte et l'ail, et détailler la carotte en julienne, puis en petits dès.
Faire chauffer l'huile d'olive dans une casserole (une sauteuse, éventuellement, surtout si on multiplie les proportions).
Mettre la carotte et l'ail (coupé en 2 dans sa longueur et débarrassé du germe, c'est mieux), dans l'huile d'olive chaude. On laisse revenir à feu doux : l'ail doit cuire et devenir plus ou moins translucide, il ne doit pas griller ni brunir, les carottes non plus. 5 minutes devraient suffire, la cuisson finira ensuite dans la tomate.
Pour éviter les éclaboussures d'huile bouillante ou de tomate, ôter la casserole du feu le temps que le frémissement de l'ail et des carottes se calme, au moment de rajouter le contenu de la boite de tomate. La pulpe de tomate pelées et concassées est souvent un peu épaisse, on peut l'allonger avec de l'eau, 1 dl pour 400g de tomates environ.
Ajouter ensuite la feuille de laurier, le concentré de tomate, et la ricotta, bien mélanger, couvrir et laisser mijoter. Personnellement, j'ajoute toujours quelques gouttes de tabasco (4 pour cette quantité de sauce), ou une petite pincée de piment.
La sauce doit mijoter à feu doux, couverte d'un couvercle qui laisse s'échapper un peu de vapeur, ou bien à moitié couverte, pendant 5 à 10 minutes, selon que sa consistance est plus ou moins liquide. Quoi qu'il en soit, elle est toujours meilleure si elle cuit pendant quelque temps. Si vous faîtes cette sauce pour accompagner des pâtes sèches classiques, (du type sans oeufs, bien sûr), vous pouvez faire chauffer l'eau pratiquement dès le début de la préparation, et mettre les pâtes dans l'eau bouillante et salée une fois que la sauce, prête, commence à mijoter. Elles cuisent le plus souvent en 9 à 12 min., et ce devrait être suffisant pour la cuisson de la sauce. (Pour plus de détail sur la cuisson des pâtes, voir le post du 5 janvier dernier).
L'idéal pour bien assaisonner les pâtes avec cette sauce, c'est de les mettre juste après les avoir égouttées dans la casserole ou la sauteuse, avec la sauce tomate, en laissant le feu bas : elles restent chaudes pendant qu'on les mélange à la sauce. Il ne reste plus qu'à servir avec du parmesan fraîchement râpé, et déguster immédiatement.

7.5.07

"Bientôt maman", d'Olivia Toja, ou les joies de la maternité


J'ai reçu aujourd'hui mon premier livre de future maman : d'habitude, je les offre à mes copines/belle-soeurs/cousines, mais la réciproque tardant un peu à se produire, je n'ai pas résisté et je me suis offert à moi-même "Bientôt maman", d'Olivia Toja (une référence en matière de future-maman drôle et sympa, à suivre donc). Malgré tout ce que j'avais déjà pu lire et chercher sur internet, j'ai déjà appris plein de choses, qui me concernent personnellement, dans le désordre :

1. Non seulement je peux mais je dois manger plein de fromage : les besoins en calcium de mon tout-petit sont l'équivalent d'un quart de camembert par jour (soit 4 yaourts, 1/2 litre de lait, ou encore 600g de fromage blanc) !!! Je pense que même sans les restrictions actuelles sur le fromage au lait cru, je n'en mangeais pas autant.. avant ! Je ne vous raconte pas la montagne d'emmental rapé qui a garni mon assiette à midi.. du jamais vu.

2. Il faut que j'évite les sources de stress car l'adrénaline que je produis accélère le rythme cardiaque du bébé. En fait, je m'en suis réellement rendue compte aujourd'hui, pendant ma journée de travail, quand j'ai "levé" un élève qui venait copier son travail non fait sur le cahier d'une camarade : un classique du lundi, pas de quoi s'affoler. Mais j'ai senti que mon coeur s'emballait de manière disproportionnée, à ce moment-là. Il va falloir que je prévienne les autres profs que désormais, j'éviterais ce genre de stress, et que je ferais l'autruche, autant que possible..

3. Mon activité physique (ou son absence..) est importante en ce que mes poumons ont à éliminer le gaz carbonique produit par bébé. Bon, là c'est sûr, je n'assure pas : les jours où je ne travaille pas, je reste dans mon appartement et on ne peut pas dire que ce soit pour faire de la gym maison, ou du stretching.. Les bons jours, c'est le ménage qui me fatigue, les autres, les aller-retours entre la cuisine, le canapé devant la Télé et mon fauteuil à l'ordi.. Il faut assumer.

4. Il paraît que l'épisiotomie n'est pas douloureuse, pratiquée sous anesthésie locale, et de toute façon préférable à une déchirure.. C'est sûr, vu comme ça, je serais moins angoissée par cette idée..

C'est un guide chronologique, mais comme vous le voyez, j'ai compulsé dans le désordre, et déjà jusqu'au dénouement, cet ouvrage.
J'attends aussi un autre guide, conseillé par Nathalie Le Breton des "Maternelles": "Bien-être et maternité", sûrement un peu plus sérieux.. mais il y a tellement de choses à savoir, d'interrogations qui nous talonnent et de points sur lesquels rassurer une femme enceinte, que je suis sûre qu'il ne fera pas double emploi.
Qui sait quelles autres révélations je vais y trouver...

2.5.07

Enceinte, les envies

J'ai faim, souvent, et malgré ma gourmandise historique, il se trouve que j'ai plutôt envie d'aliments salés. J'ai passé une période où je ne concevais pas une après-midi sans une forme dérivée du jambon-beurre pour mon goûter. Du pain, du beurre et du jambon blanc, c'est tout ce qu'il fallait pour mon bonheur...
Et puis c'est passé à la tartine de fromage. Je suis bien malheureuse de ne pas pouvoir toucher aux fromages au lait cru que j'adore, alors j'ai du trouver des ersatz.. les crèmes de Roquefort Société, en barquette ou en portion ont fait l'affaire quelque temps, suivies par le Boursin : il me faut des aliments avec du goût ! A tel point que c'est le couscous qui m'a ensuite appelée, avec des merguez, bien sûr. Par chance, j'ai un vendeur de couscous et paëlla à emporter près de chez moi, plutôt bons, qui m'a apporté toute satisfaction, le temps voulu. J'en étais au point où j'ai même amené de ce fameux couscous, un soir où nous étions invités chez des amis à diner.. J'ai beaucoup de chance que mon cher mari ne soit pas difficile à nourrir, et supporte plutôt bien la répétition de certains plats pendant plusieurs jours !
Enfin dernièrement, c'est le gazpacho qui a été l'objet de mes envies.. je pense que la semaine dernière, j'ai dû passer 5 litres, et pas toujours à deux, parce que pour le coup, mon chéri n'a pas voulu continuer au delà d'une certaine limite..
Bref, depuis hier, j'ai envie de taboulé, et là il va falloir que je le fasse, parce que je ne l'aime pas sous toutes ses formes. Il me le faut sur la base libanaise : avec beaucoup de persil et de menthe, mais je mets aussi pas mal de concombre et de tomate, plus que la proportion du taboulé libanais original, et du citron. Voilà ce qu'il faut pour mon bonheur.. j'ai bon espoir !!!

1.5.07

Dernière recette de "Gourmandises" de Donna Hay, pas exactement conforme à la photo...


Je devrais peut-être passer sous silence ce ... ratage, n'ayons pas peur des mots, mais c'est la première recette de ce bouquin qui ressemble aussi peu à ce qu'elle aurait dû être. En même temps, c'est pas moi qui l'ai ratée puisque j'avais une grande flemme et un mari plein de bonne volonté à la maison. J'ai juste choisi la recette et c'est mon chéri qui me l'a faite. Du coup, c'est lui qui était vexé de ne pas avoir réussi. Bref.
Ce qui aurait dû être des "Petits carrès au citron" s'est muté en une sorte de crème garnie de biscuit. Vous voulez vraiment savoir par quelles opérations mystérieuses?
Le fond de pâte brisée, cuit séparément, en premier, s'est un petit peu aminci (étalé au fond de la plaque) à la chaleur, en un temps record puisque (thermostat et temps de préchauffage du four respéctés, bien sûr) en 10 minutes (au lieu des 25 préconisées) il avait acquis une belle couleur dorée... de pain d'épices. Il n'a pas brûlé, mais caramélisé, en fait. On avait donc une plaque de pâte brisée brune, super croquante, rien à voir avec le biscuit à peine blond de la photo.
Mais passons. Pour la suite, une crème, tout à fait semblable à la garniture d'une tarte au citron (j'ai d'ailleurs bien noté de l'utiliser éventuellement comme telle), qu'il aurait été difficile de rater. C'est juste que l'étape finale, où la crème répartie sur le fond de pâte doit cuire à peine une dizaine de minutes au four, a en fait ramolli la pâte si croustillante qu'elle recouvrait.
Impossible alors de "découper" en petits carrés ce qui a fini par être une crème au citron farcie de ce qui ressemblait à une génoise au caramel.
Alors voilà, l'aspect et la consistance, je dirais même la nature de la recette nous ont échappés, mais l'ensemble était quand même très bon. En ce qui me concerne, j'ai pris quelques cuillérées de cette sorte de gratin crémeux que j'ai mis dans un ramequin, pour accompagner mon thé Sencha de l'après-midi, et j'ai été tout à fait satisfaite de mon goûter !
Promis, la prochaine fois je vous parlerais d'une recette réussie. Ceci-dit, si vous voulez les ingrédients de la crème au citron, il suffit de demander...

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails