27.2.09

Mon premier GRR, ou la recherche de l'augmentation impossible..


En lisant le commentaire de Stef et sa belette, ce matin, je me suis rendue compte que je vous ai laissé croire que je ne tricotais RIEN depuis lundi.. 
En fait, mon dilemme de laine n'était pas résolu, mais je me suis, moi, résolue à tricoter une autre laine que les écheveaux de Cascade The Heathers 220, prévus pour le gilet de la petite souris, (et toujours pas mis en pelotes, donc, si vous suivez..), en prenant ce que j'avais dans ma réserve: la Bouton d'Or Club, couleur Vieux Sofa. 
Et puis j'avais quand-même bien envie de faire un vrai tricot : les chaussons, c'est pas que c'est pas un "vrai" tricot, mais j'ai des problèmes pour trouver les explications en taille 18m, et ceux qui sont pour les plus grands présentent plus de difficultés et de nouveautés que je n'avais pas envie d'aborder maintenant. Non, ce que j'avais envie de faire, c'était un gilet pour la petite souris, et dans le dernier livre de la Droguerie, il y a le fameux gilet Caresse, le Gilet à Rangs Raccourcis, plus connu sous le nom de GRR, en taille 2 ans. Ben oui, c'est ce que je voulais faire avec la Cascade, de toute façon. Quand j'ai une idée en tête.. 
Donc me voilà partie, en survolant un peu les instructions, parce que tant que je ne suis pas dans le tricot, ça ne me parle pas forcément. Mais arrivée aux premières augmentations, le doute s'installe.. Tricoter deux fois une maille envers, une fois normalement et une fois avec le fil de derrière, sans laisser tomber la première maille, j'ai bien essayé, mais impossible de faire quelque chose qui ressemble à une augmentation. Il me manquait quelques précisions. Alors j'ai cherché, sur internet, puis dans mes livres, et je n'ai rien trouvé qui corresponde exactement à ce point et qui m'éclaire. Heureusement, Karen était là, à portée de mail, et elle m'a gentiment conseillée, et donné un lien vers une vidéo (en anglais) qui montrait comment elle fait. Ce n'est qu'après que j'ai aussi trouvé sur Tricotin les images exactes de l'augmentation indiquée par la Droguerie. J'ai essayé, et j'ai finalement compris, quel soulagement! J'ai eu un moment l'impression au départ, d'être retournée en cours de math au lycée, quand à un moment je ne comprenais plus, les mots ne signifiaient plus rien et j'avais l'impression que mon cerveau était complètement déconnecté.. 
Mais ça y est, depuis mardi, je tricote mon premier GRR, et je me régale! Je trouve que ça va quand-même relativement vite, j'en suis à un peu plus de la moitié, et quand la petite souris l'a vu hier, avec le premier mancheron fini, elle a voulu y mettre la main dedans, elle l'a essayé, et il avait l'air de bien lui plaire.. 
Je ne suis pas tout à fait ravie de le tricoter en rose alors que je voulais le lui faire en bleu foncé, mais je n'ai pas su résister à l'envie de tricoter.. Ceci-dit, je tricote avec le fil en double, et le rendu est tout à fait satisfaisant: c'est très doux, et très moelleux, le fil se tient pas mal, c'est une bonne laine. Même si elle est rose. J'en ai un peu marre du rose, 80 % de ce qu'on nous a offert pour elle est rose. Rose pastel, vieux-rose , rose poudre ou rose bonbon, mais bon, il y a un moment où je risque l'overdose de rose.. quand je pense que bientôt c'est elle qui nous le réclamera, j'aimerais autant en profiter maintenant pour lui mettre autre chose!!!

24.2.09

Et deux d'un coup!


Voilà, mercredi dernier, incitée par la Grano en visite, j'ai décidé que je pouvais tout à fait ne pas finir la dernière pelote de l'écharpe de Noël n°2, et que 144 cm tricotés pouvaient aussi bien faire l'affaire..  C'est donc avec une grande satisfaction que je me suis ôtée l'épine (les aiguilles..) du pied et que j'ai rabattu les mailles dont j'ai décidé qu'elles étaient les dernières. 

La lima de Bergère de France, couleur orage, tricotée aux aiguilles 4,5 donne un tricot très doux et très souple, mais je dois bien avouer que la méthode anti-roulottage n'est pas totalement efficace.. il a bien fallu que je repasse le tricot pour l'aplanir! 

Pas de modèle sous la main, j'ai du faire les photos sur moi et ce n'est pas tout-à-fait l'idéal..

Bref, j'ai expédié la fin de l'écharpe dont je croyais ne jamais voir la fin, et j'ai pu terminer tranquillement la veste au point mousse des Intemporels Tricots que j'ai commencé au début du mois. Elle a été assez rapide à tricoter, aux aiguilles 5 avec la numéro 5 de Fonty (couleur 202), mais par contre, j'ai utilisé plus de laine que prévu par le livre, 3 pelotes et la moitié d'une, au lieu des trois indiquées.. J'ai acheté le bouton chez Entrée des Fournisseurs (c'est exactement le même que sur le livre) et je ne regrette pas mon choix, je le trouve vraiment beau ce bouton! Et pour le bouton intérieur, c'est un bouton de nacre ancien acheté dans un lot sur ebay.. 

Je ne sais pas comment taille le modèle, j'ai fait le 6 mois pour la petite A. (discrétion tant que je n'ai pas envoyé le colis, la maman pourrait passer par ici..), mais les proportions me semblent un peu larges, par rapport à la hauteur de la veste. Les manches sont aussi longues que le corps.. Je n'ai pas l'habitude de ce genre de tricots, mais peut-être que c'est normal. J'aurais peut-être une photo de la veste portée, que je vous mettrais ici, si la maman est d'accord.. 

Et me voilà sans en-cours de tricot.. Je me sent désoeuvrée. Je voudrais commencer la brassière à rangs raccourcis pour ma petite souris, avant d'attaquer la mienne histoire de me faire la main, mais la laine est en échevaux et je dois faire des pelotes.. Il se trouve qu'au cours de nos discussions Célinette m'a confiée que le bobinoir et le dévidoir étaient vraiment une bonne solution pour faire vite ses pelotes. Sur le moment, je n'y ai pas plus pensé que ça, mais l'idée a fait son chemin, et comme c'est mon anniversaire très bientôt.. je me suis dit que ce serait une chouette idée de cadeau à me faire faire!  Mais alors maintenant, ce serait bête de perdre mon temps pour faire une pelote à la main alors que je pourrais m'amuser avec mon nouveau jouet, si c'est ce qui arrive pour l'occasion.. Cruel dilemne, que faire???

Je crois que je vais faire une paire de petits chaussons, en patientant. Et puis j'ai de la couture en cours, ce ne serait pas une mauvaise idée de finir ce que j'ai commencé..

20.2.09

Entre nous

Je me rends compte qu'il n'est pas facile de prendre le recul et le détachement, de se sortir d'un moment privilégié entre amies pour  prendre une photo et immortaliser l'instant que l'on est en train de vivre. De fait, depuis que Célinette est là, j'ai pris une seule photo le premier jour, et deux le deuxième jour, (parce que la première était vraiment ratée), mais moi la maniaque du déclencheur je n'ai pas eu envie d'interrompre nos discussions, nos papotages et nos retrouvailles, pour faire une belle photo. 
Alors voilà juste une image d'un mercredi matinal (où il paraît que ce gilet est celui des rencontres tricoteuses et gourmandes, clin d'oeil à Toronto), de la Grano en touriste, de retour dans sa ville natale. Aux prises avec quelques lettres (d'Encre Violette) d'un petit message à reconstituer et mettre sur son réfrigérateur, de retour au Canada.. 

19.2.09

15 mois (et quelques jours) et je dis..


Papa, Mamma (toujours à l'italienne), papi pour Papy et pour papillon aussi, caca (pour caca, quand la couche est pleine, elle est pas précoce ma fille???), kaka (pour canard), gueu (pour les yeux), bip bip (sonnerie du micro-ondes), cha (pour chat, ou chien), shhhhh pour chaussette chausson  chaussure, ou même chaud, gaké pour gâté (oui, dans certaines région un gâté c'est un calin..), caké pour caché, coco pour cocotte et aussi pour son cri, Popi, kkkk pour kiwi, ba' pour banane, nini pour Winnie, et Sissi pour Cécile (ça c'est tout récent, vive les albums photos!!!) Mmmm pour le bruit de la vache, hou-hou pour le bruit du hibou, et pa' pour "pas bon". D'autres bruits que j'aurais du mal à retranscrire, comme le jappement d'un chien, le bruit du ciseau à ongle, le grondement du loup, le bruit de la machine à coudre, du sèche-cheveux, du mixeur, du babycook, et de l'aspirateur. Pas de "non" pour le moment, et par contre, il m'a bien semblé entendre deux ou trois "oui" significatifs.. Elle dit très distinctement le prénom de son papa, "Jacques", c'en est saisissant. Et par ailleurs, la petite souris a un geste très expressif (entre un va-t'en et tant pis) pour signifier que quelqu'un est parti. A ce moment-là, bien-sûr on fait au-revoir de la main. 
Et puis on sait où se trouvent, et on montre : les yeux, la tête, la langue, le nez, le lait, le poupon, le chien en peluche, le canard, les vitamines du matin, Popi (encore), le ventre et le pied. Je crois que c'est tout. Mais je n'en suis pas sûre. Elle semble retenir instantanément certaines choses qu'elle redit immédiatement, et ne dit pas certaines autres.. qu'on lui dit depuis longtemps. Des surprises en perspectives.
Elle n'a pas mis longtemps à apprendre à tourner la clef des placards fermés, pour en ouvrir les portes.. ce qui m'oblige juste à enlever toutes les clefs des portes de meubles. Et après avoir frôlé la crise de nerf plusieurs jours d'affilée à force de la voir plantée devant la télé-chaîne hi-fi-magnétoscope ET appuyer sur tous les boutons, de préférence ceux éclairés car en service (impossible de suivre  une émission de télé, la radio un CD ou un film), il a fallu trouver une vraie solution : l'installation d'une barrière de fortune qui l'empêche d'accéder au magnifique tableau de bord que l'installation représente..
Du même coup, j'ai dû investir dans des bloque-portes pour le placard où sont les CD (quand j'ai vu le sort qu'elle réservait à ceux qu'elle avait pu trouver, et l'acharnement qu'elle mettait à les sortir de leur boite, boîtier ou pochette) et les papiers, factures et autres documents "à conserver", qu'elle affectionne autant que les CD. Très efficace ces bloque-portes, ça ne l'a même pas énervée. Elle a juste arrêté d'essayer d'ouvrir, rapidement.. Par contre, le PC a aussi ses faveurs, et subit des arrêts et remises en marche intempestifs, (l'onduleur y a échappé par miracle), et les souris et leurs diodes rouges lumineuses sont juste un peu comme un aimant pour elle! Ne parlons pas des claviers.. ni de mon fil à tricoter, des tasses de thé ou de café où elle veut toujours jeter un oeil, et si possible mettre son petit doigt qu'elle transforme alors en impitoyable crochet pour tirer vers elle, et faire comme nous, boire à la tasse. Evidemment que je ne la laisse pas faire, et surtout, elle peut regarder et toucher la tasse uniquement quand elle est vide.. Elle sait d'ailleurs que c'est chaud, elle le dit et quand elle donne à manger à son poupon ou ses peluches, elle souffle avant sur la fourchette.. 
Mais les dents.. à part la petite prémolaire découverte lors de la visite chez le pédiatre, en début de mois, on a la quatrième dent du bas, de devant qui pointe enfin depuis 5 jours, histoire de rétablir la symétrie, mais les autres molaires qui poussent sous la gencive nous ont assuré quelques jours de fatigue et de cris (heureusement, son sommeil nocturne -et donc le notre-, est préservé). 
Et comme tout pousse, tout grandit, il va falloir retourner chez le coiffeur très bientôt, et aussi changer de chaussures.. 

18.2.09

(...)

Je ne peux plus parler, et à peine écrire.. j'ai trop mangé! Deux, non trois, repas gastronomiques en trois jours, c'est plus que je ne peux supporter.. enfin, assimiler. 
Le repas de la Saint Valentin : le premier repas surprise de Saint Valentin de ma vie.. et pas des moindres.. Vous voulez un petit aperçu du menu?
Mise en bouche de crevettes au lait de coco avec coupe de bulles roses
Duo de foie gras poêlé et noix de saint Jacques et sa petite salade
Filet de sole et accompagnement que j'ai oublié
Pavé de biche et idem
Assiette de fromageS secs (en quantité, il devait  y avoir un l'équivalent d'un demi camembert.. chacun)
Gâteau aux framboises à partager (heureusement..)
C'est bien simple, à part la mise en bouche, je n'ai pu finir intégralement aucune de mes assiettes, dès l'entrée c'était déjà trop.. Mon estomac n'a plus la santé de mes 18 ans. J'ai mangé de tout, et presque tout, mais par chance mon Valentin, courageux compagnon de festin, a pu finir ce qui aurait été vraiment de trop.. Très bon, mais trop. Et le trop est l'ennemi du bien, on ne le leur a pas appris à l'école hôtelière? Comment voulez-vous passer une soirée romantique si vous la passez à vous demander si vous allez vraiment pouvoir digérer tout ça, sans encombre? Non, mais je vous demande un peu? Enfin, loin de moi l'idée de me plaindre, j'ai beaucoup apprécié l'intention et la surprise, c'était adorable!
Mais dès le lendemain, repas chez nous de ma belle-famille.. J'ai cuisiné pour 9, toute la matinée, à jeun et sans goûter une seule fois ce que j'étais en train de faire.. Je n'avais pas encore retrouvé la faim!
Menu bien moins sophistiqué que la veille (j'aurais eu du mal..) mais repas du dimanche oblige, une certaine quantité de calories et de nourriture en général s'est présentée.. Sans compter que la grand-mère de mon mari avait ajouté au gâteau au chocolat (au thé..) que j'avais fait, une mousse ... au chocolat. Que du light, je vous dis. On a bien tenté une petite sortie au jardin d'enfants histoire de digérer tout ça, mais notre élan a vite été interrompu par le vent glacial qui soufflait dehors.. Nous avons tenu un quart d'heure. Certains en pareil cas auraient profité de l'occasion pour faire un chocolat chaud, mais il était hors de question de faire chauffer autre chose que de l'eau!
Et puis voilà que mardi, c'était prévu, j'ai eu enfin la visite (même pas annuelle) de Granoland.. Alors pour son séjour en France, je me devais de cuisiner quelque-chose de bon! Et en même temps j'avais quand-même envie de légumes, de quelque-chose de léger.. J'ai cherché une recette de soupe d'endives, j'en ai trouvé trois que j'ai interprétées en une, et puis pour le vrai plat, un bon risotto allo zafferano, ça le fait toujours.. En plus mon nouveau riz bio a été particulièrement sympa et n'a pas du tout accroché à la casserole, en plus d'être bon.
Je vous passe les macarons ET les gâteaux que nous avons engloutis dans la journée passée ensemble : il ne reste de ces agapes que 3 macarons et un suisse-tronc.. 
Voilà où nous en sommes, mercredi et je pourrais vivre sur mes réserves pour le reste de la semaine.. Je m'en vais faire chauffer de l'eau, il paraît que ça fait fondre le gras.

11.2.09

Retour du Salon du Livre, l'épilogue!


Bon il va bien falloir qu'elle mette un point final à cette histoire de Salon du Livre, pensez-vous tout bas... C'est ce que je me dis aussi..
Alors pour mettre fin aux interrogations voilà les références :
"Cherche la petite bête", de Delphine Chedru chez Naïve : un très joli album aux illustrations très graphiques, aux couleurs primaires éclatantes et qui serait parfait pour ma petite souris s'il n'était pas juste en papier! La couverture est cartonnée certes, mais quand on voit le sort qu'elle fait aux livres comme Popi ou Papoum, en papier assez fort, mais qui ne résistent pas à ses coups de dents, et ses efforts de traction.. je sais que ce livre fera partie de ceux qui seront loin de sa portée et qu'on ne regardera qu'ensemble!
"Mûres mûres" ensuite, d'après Guo Ju-Jing, illustrations de Gaëlle Duhazé, chez HongFei. J'ai été séduite par la beauté et la douceur des illustrations. C'est une toute jeune maison d'édition, dont certaines personnes étaient présentes sur le salon et nous ont parlé avec beaucoup de passion de leur projet d'éditer des petits contes traditionnels (celui-ci du XIIIe siècle), et de faire de beaux livres. Celui-ci de la collection Coeur Vaillant traite de la Piété Filiale dans la jolie petite histoire d'un petit panda Yuanyuan. Et à la fin de l'album, quelques idéogrammes sont présentés au petit lecteur, avec leur prononciation, leur dessin, et leur origine, de manière très accessible et intéressante même pour les parents! Recommandé de 3 à 6 ans.
"Oink", d'Arthur Geisert, édité par Autrement. "Oink", c'est la seule parole, le seul mot et tout le dialogue que l'on peut lire dans cette petite histoire de.. cochons, forcément! Histoire sans paroles d'une maman truie qui a du mal à contenir la soif d'expériences de ses huit petits cochonnets. Des illustrations "à l'ancienne" puisque ce sont des gravures que nous présente ici Arthur Geisert, à peine rehaussées de rose pour les petits cochons. L'ensemble est pourtant plein d'humour et très expressif.. Un bel album, imprimé en France, ce qui n'est plus si courant..
"Rapport secret sur les Dents de Lait", une enquête de Yann Fastier, éditée par l'Atelier du Poisson Soluble. Ce sont bien deux petites quenottes que l'on aperçoit à  travers la forme d'une serrure sur la couverture, avant d'ouvrir les deux élastiques rouges qui ferment le livre à la manière d'un dossier. A vrai dire, la couverture ne m'inspirait guère. Mais à peine ouvert j'ai vu, sans paroles, et j'ai revu le petit grain de riz, le premier qui est apparu dans la bouche de ma petite souris cet été. Dès la page suivante, j'ai souris en lisant les quelques mots de chaque page.. C'est drôle, de temps en temps absurde mais toujours aussi drôle! On vous expliquera pourquoi les deux ennemis de la dent de lait sont la petite souris et le noeud papillon, de manière tout à fait extravagante et pourquoi pas, convaincante..
"Je veux une maman-robot" de Davide Cali et Anna Laura Cantone. Evidemment, il y avait un italien sur le salon, ça m'a intriguée.. J'ai fait une petite recherche sur internet avant d'aller au salon et j'ai vu qu'il vivait à Gênes.. une raison de plus d'aller l'embêter si jamais je le croisais.. Et bien oui, le deuxième jour où je suis allée au Salon, il était à sa table, il n'y avait même pas trop de monde, et j'ai pu avoir une dédicace pour ma petite souris (pour plus tard, hein, quand elle voudra une autre maman mieux que moi.. ) et on a pu discuter un peu.. Il est très joli cet album, et la petite histoire du garçon qui veut se construire un maman robot qui sera parfaite, lui laissera faire tout ce qu'il veut, lui cuisinera que ce qu'il aime et ne l'obligera à rien, pour finir par se rendre compte que sa maman robot, elle est toute froide et ne sait pas faire les câlins.. ça me parle, et je pense que ça parlera à ma fille dans quelques années.. inévitablement! Dans cet album, Davide Cali est l'auteur, mais il est aussi illustrateur, dont vous avez certainement vu déjà des dessins (édité chez Sarbacane en France). Mais son travail de BD (non traduit sur le site) plein de talent et d'humour, le rapproche de Lewis Trondheim (dans mes liens), qu'il a reconnu comme un de ses maîtres, d'ailleurs. Les "italianistes", vous pourrez apprécier l'ironie des textes..
Enfin, ma dernière trouvaille "27 premières" d'Audrey Calleja, édité par l'Atelier du Poisson Soluble également. Pour le coup, et contrairement à tous les autres (ou presque), livres de l'Atelier du Poisson soluble, j'ai été tout de suite attirée par la couverture. (J'en ai parlé avec le responsable des éditions qui était là, je ne suis en général pas du tout inspirée par leurs couvertures, mais tous les livres de chez eux que j'ai quand-même ouverts m'ont totalement conquise, je les aurais tous achetés, ils sont géniaux).
Un dessin qui s'apparente à la gravure, la reprise de motifs fleuris d'imprimés, alliés à un dessin au crayon minimaliste, et l'utilisation de l'image du doigt pointé, anonyme et universelle, pour tenir un arrosoir, tout cela présente un collage d'images très différentes, qui me plaisent,  dans une composition moderne qui a quelque chose de surréaliste, ce qui n'est pas non plus pour me déplaire.
Graphiquement, tout l'album est à l'avenant : des collages de photos, retravaillées, dessins au crayon ou images coloriées au crayon de couleur, collage de typographies, travail sur les matières, l'ensemble est simple mais soigneusement élaboré et mis en page, jamais monotone, très original. Chaque double page est un petit tableau à soi.
Quand au contenu, c'est mon coup de coeur, et il est pour moi, celui-ci, pas pour ma fille, même si j'aurais plaisir à ce qu'elle le lise, plus tard. "27 premières" ce sont 27 premières fois qui comptent tout au long de la vie d'une femme, de l'enfance à la vieillesse. Des premières fois que l'on a probablement presque toutes vécues, ou que l'on vivra, et qui nous parlent de notre histoire. Le premier tour de vélo, où l'on se sent pousser des ailes, le premier petit amoureux à l'école, la première confrontation avec la mort d'un proche (au téléphone.. ), le premier baiser, mais aussi le premier régime, la première élection où l'on vote (avec une allusion à l'acquisition du droit de vote des femmes), la première fois où l'on se sent ou se voit vieille, et bien d'autres.. 
Très réussi, ce livre est une interrogation sur le sens de la vie, ses émotions, et il parle à chacune de manière très intime. Je ne saurais que vous conseiller de le trouver !
Et puis en vrac, quelques extraits des différents livres..

10.2.09

Je tricote Citronille

Je me suis inscrite la semaine dernière sur le fabuleux blog "Je tricote Citronille", puisque contrairement à ce que j'ai fait avec "les intemporels pour bébé" (acheté il y a des mois, feuilleté, compulsé, et toujours pas utilisé), je n'ai pas mis plus de 3 jours après réception du livre pour commander de la laine et commencer un tricot.. Bon, après m'être inscrite sur le blog, je me suis rendue compte que toutes les filles (sauf une, à ce que j'ai vu) ne postaient leurs messages qu'après avoir fini. Du coup, je n'ai pas encore écrit. Et comme j'ai commandé la quantité exacte de laine recquise, confiante, et que je me retrouve en manque d'une pelote (si c'est pas la misère..), et bien je suis en plan. Obligée de tricoter l'écharpe de Noël n°2 dont je rêve de me débarrasser. En même temps, il fait encore froid (ouf!) et l'anniversaire du frérot concerné est le 23 mars. Ce sera ma date ultime de fin d'écharpe.. 3  mois après Noël : sans vergogne.. ou presque.
Mais bref. Je voulais juste dire à celles qui ne l'auraient pas vu, qu'on peut gagner cette même veste au point mousse que je tricote avec joie (enfin tricotais, vu que j'ai fini la laine) sur le blog "Je tricote Citronille", dans la taille et la couleur de son choix, ainsi que trois fiches tricot, en jouant vendredi 13.. 


9.2.09

Quelques images...

Entre la course du lundi comme tous les lundis, et un début de gastro de la petite souris (déjà, les joies de la collectivité??), j'ai juste eu le temps de prendre quelques photos des couvertures de mes petits trésors ramenés le week-end dernier.. Alors pour faire durer encore le suspense (vous ne m'en voudrez pas ?), j'ai cadré volontairement sans les titres.. 
Est-ce que vous les connaissez tous? (J'en ai déjà vu deux d'entre eux chez deux d'entre vous.. mais les autres?)
Moi je les ai découverts avec un immense plaisir!




6.2.09

Sixième album, cinq ans après..

Au petit jeu de prendre la 6e photo du 6e album de photos numériques, j'ai trouvé ça :


Elle date de notre premier appareil photo numérique, que nous avions depuis un peu plus d'une semaine, et par hasard elle date de 5 ans, presque jour pour jour. Pas très personnel comme cliché : une petite fille anonyme au Palais Royal, le 7 février 2004. Elle est floue, et il faisait gris, mais j'aimais bien la voir jouer sur les colonnes, comme à la marelle..
Est-ce que c'était bien notre première visite chez vous, Cécile?

Aiééééé !!!


C'est comme ça que disait "ça y est" ma petite soeur, quand elle avait finit quelque chose, quand elle était encore petite.. 
C'est ce que j'avais envie de crier joyeusement moi aussi, quand j'ai eu fini enfin cette paire de mitaines, pour le défi lancé par la Fée Niasse, et que j'aurais dû terminer pour samedi. Il faut quand même que vous me croyiez sur parole, quand je vous dit que je les ai finies mardi soir, ce qui ne fait finalement que 3 jours de retard.. Mercredi il y a eu l'épisode de la crèche, hier pas beaucoup de temps, et aujourd'hui me voilà. On dirait que je vais pouvoir terminer ce message. (Pas comme celui que j'ai commencé lundi et qui attend toujours d'être complété..)
Admirez le travail! Je suis un petit peu fière de moi parce que je me suis appliquée sur les finitions, et ça a payé, à mon goût. Voui, un peu d'autosatisfaction, ça fait pas de mal.
Ceci-dit, elles sont loin d'être parfaites, ces mitaines. 
D'abord pour la largeur, j'ai commencé alors que le tuto donnait encore 66 mailles à monter (pour la main de la mitaine), auxquelles j'ai enlevé 12 mailles, pour avoir lu le premier commentaire qui disait que c'était trop large. Comme j'ai déjà le poignet étroit, cela s'imposait.
J'ai tricoté en 2,5 pour être sure que j'aurais un tricot bien fin : je n'avais pas envie de quelque-chose qui boudine les mains, mais honnêtement, j'aurais bien aimé tricoter en 3; 3,5 ou même plus comme certaines qui ne sont pas du tout boudinées dans leurs mitaines..
J'ai choisi la bouton d'or Baby superwash couleur Terre, et deux petits boutons de ma mercerie, que j'aime beaucoup (les boutons, la mercerie aussi, mais surtout les boutons). Je n'ai utilisé qu'une seule pelote ! Et pourtant, j'ai poussé le perfectionnisme jusqu'à un point que vous n'imaginez pas. Quand j'ai vu les toutes petites mailles que faisaient mes aiguilles 2,5 avec ce fil, et la "densité du tricot", j'ai comment-dire très bien visualisé le roulottage qu'allait créer mon jersey endroit, pour le poignet. C'est à dire que je voyais déjà un petit tube de laine que j'allais devoir domestiquer, le temps au moins de le coudre.. et avec un peu de chance, le temps de le photographier. Le truc que j'ai trouvé pour éviter le roulottage en l'occurence, à mon avis, n'aurait pas été du meilleur effet sur cette laine, et sur cette partie qui devait être toute lisse pour être jolie), alors je me suis dit que je n'avais qu'à doubler la largeur de la bande de tricot et en faire un tube que je coudrais ensuite, une fois bien repassé. C'est ce que j'ai fait, et le résultat est concluant si ce n'est que je n'avais pas pensé au fait que ça allait quand-même un peu épaissir le poignet, et un peu plus au niveau de la superposition des deux extrémités, où on met le bouton ou le pompon. Ca c'est dommage.

D'autant que finalement, la bande du poignet est tellement longue, qu'une fois cousue, elle arrive sous mon poignet, au lieu de dessus. Bon, c'est vrai qu'en plus, j'ai fait un petit décalage dans la couture pour que le poignet resserre un tout petit peu (toujours la hantise de la mitaine qui fait du Hoola Hup autour de mes os du carpe), super réussie ma couture, mais pour 3 petites mailles de décalage, je pense que j'ai bien gagné encore 1 cm de longueur.. Ne me demandez pas comment trois mailles en 2,5 font 1 cm, je suis nulle en math, et je ne chercherais pas à comprendre. Et au final, il faut bien avouer que le passage est presque étroit, à l'enfilage de la mitaine. Mais bon, une fois en place, elle tient, et réponds tout à fait à mes attentes. Et puis je peux toujours inverser le sens des mitaines pour que le bouton soit dessus.
Là j'ai testé la prise de photo avec un appareil de 1kg dans une seule main, ce qui ne laisse pas beaucoup de liberté de mouvement, ni de possibilités photographiques...
Enfin, pour le petit motif de rayures irrégulières, c'était calculé, bien sûr. Je ne me suis pas du tout retrouvée avec un rang de jersey endroit au milieu de mon point mousse sans savoir comment, au bout du 6e ou 7e rang de la première mitaine, avec la flemme de défaire ces minuscules mailles sur mes aiguilles qui glissaient trop. Non non, j'ai cueilli l'occasion pour rappeler le motif de rayures que l'on trouve souvent chez Claudie Pierlot. Interprétation artistique ça s'appelle.
Voilà, vous savez (presque) tout de mes mitaines.. Merci Mélanie d'avoir lancé ce défi, parce qu'en s'inscrivant, on se sent quand-même un peu plus tenue de le faire, et de finir, que si on se disait juste, "ah oui, c'est chouette, il faudrait que je me les fasse... un jour"! Et on évite ainsi de montrer à quel point on pourrait être une vraie feignasse.. 

5.2.09

Stress de Maman

Je suis un peu plus sereine aujourd'hui qu'hier, après avoir ramené la petite souris de son heure de halte-garderie, je peux donc vous raconter en quelques mots ce qui s'est passé, et ensuite passer au plus réjouissant sujet de ce que j'ai ramené de la Fête du Livre de Jeunesse..
Quand j'ai amené hier matin, Marie-Elise a la crèche, il y avait plus d'enfants que d'habitude, normal c'était mercredi. La directrice était absente depuis lundi, arrêtée pour cause de grippe, et il n'y avait qu'une ou deux éducatrices que j'avais déjà vues dans le lot. J'ai laissé mon bébé, directement par terre, au lieu de la donner dans les bras comme d'habitude, parce que celle qui nous a accueillies avait un autre bébé dans les bras, dont la maman était en retard. Mais rien de spécial. Quand je suis revenue, une éducatrice que je ne connaissais pas portait Marie-Elise dans ses bras, qui avait visiblement pleuré. 
  • "Ca s'est bien passé, mais il y a eu un petit problème. Je l'ai récupérée parce qu'elle pleurait. Les autres se sont acharnés sur elle". (je la cite textuellement)
  • Je la regarde, je ne comprends pas. "Ah bon? Mais qui, les plus grands? Qu'est-ce qui s'est passé?"
  • Un poil embarrassée.. "Je ne sais pas". 
Je récupère ma fille sans plus tarder, et je lui signale qu'elle avait aussi un doudou et une sucette avec elle. Elle ne savait pas non plus, et il a bien fallu 5 minutes pour les retrouver (c'est pas compliqué, elle me les a tous montrés un par un, de l'autre bout de la pièce..), d'où l'utilité de laisser quelque-chose à l'enfant pour le rassurer, au fond d'un casier.
Une autre des éducatrices lui signale qu'il faut marquer à quelle heure je suis venue la récupérer, et celle-ci de répondre : "Mais je ne sais même pas comment elle s'appelle, moi!" 
Des petits détails, insignifiants pris séparément, mais qui m'ont amenée à penser que ma fille a été laissée "seule", assez longtemps pour que plusieurs enfants viennent l'embêter jusqu'à la faire pleurer (ce n'est pas une chouineuse, surtout avec les autres enfants, qui la fascinent), et pour que les éducatrices ne sachent pas ce qui s'est passé... Quand au terme "acharnés", je ne peut qu'espérer que c'est la sensibilité de rhinocéros de cette éducatrice qui l'a amenée à utiliser ce mot, pour une situation que j'espère loin de l'acharnement, vous me comprendrez. 
Je me suis sentie très mal. Ma confiance s'est effondrée, et mon envie de ramener mon bébé dans cet endroit aussi.. Je soupçonne aussi les éducatrices d'avoir négligé de surveiller correctement les enfants, peut-être le temps d'un café, et peut-être aussi profitant de l'absence de la directrice, en qui j'ai toute confiance.
Toute cette histoire m'a travaillée, quand j'en ai parlé à mon mari il a eu la même réaction que moi, il faut en parler à la directrice. Ce n'est peut-être qu'un petit incident, un malheureux concours de circonstances, mais d'une part j'ai besoin de le lui dire pour moi, pour qu'elle me rassure et m'explique si ce sont des choses qui peuvent en effet arriver, et aussi pour qu'elle sache qu'il y a peut-être eu un peu de relâchement de la part de certaines personnes. 
J'ai appelé pour demander à la crèche de lui transmettre mon numéro de téléphone en précisant que je souhaitais lui parler de l'adaptation de ma fille, mais je n'ai pas eu de coup de fil hier. J'ai eu du mal à dormir cette nuit, et ma première pensée au réveil a été pour le rendez-vous de ce matin à la crèche. 
Ce matin il y avait moins d'enfants, moins de grands surtout, et c'était de nouveau calme, et de nouveau des éducatrices que je connaissais. Je leur ai demandé quand-même, si mon message avait été transmis, et j'ai dû expliquer pourquoi je souhaitais lui parler, mais cela a été en même temps l'occasion de parler à celles qui n'étaient pas là de ce qui s'était passé, et de leur dire en quelque sorte de garder un peu plus un oeil sur ma fille en adaptation, même si ce n'était pas elles qui étaient concernées.  J'ai bien senti qu'elles se sentaient quand-même mises en cause, ce n'était pas mon intention, mais je me suis sentie mieux de l'avoir dit, et mince si ça les vexe. De toute façon, je ne pense pas être la mère la plus pénible parmi celles qu'elles doivent avoir à fréquenter, et tant pis si elles ont un a priori.. Cela changera peut-être avec le temps. 
En fait, c'est la première fois que j'expérimente vraiment le fait que je ne pourrais pas toujours la protéger. Je le sais pourtant, mais je pensais qu'avant l'école, elle resterait quand-même préservée. Là c'est un peu dur.
Par contre, je l'ai bien observée hier toute la journée, elle a été un peu grognon, et  silencieuse jusqu'à l'heure du goûter, après ça allait mieux. Et surtout ce matin, pour voir si elle craignait de retourner à la crèche. Mais ça s'est très bien passé, elle avait l'air contente. Quand je suis revenue également, et les éducatrices ont bien insisté pour dire que ça s'était très bien passé. C'est l'essentiel. Je suis plus perturbée par cet incident qu'elle, et c'est tant mieux, évidemment.
Finalement, c'est un peu difficile d'enchaîner sur mes acquisitions du salon du livre, alors ce sera pour une prochaine fois, ce message est assez long comme ça et se suffit à lui-même!

3.2.09

D'un blog à l'autre..

On parlait de mitaines à finir pour samedi dernier.. mais je ne vous ai pas dit qu'en prévisions des grands froids de février, j'ai trouvé indispensable de me procurer une paire de superbes moufles pour garder mes mains au chaud en entier (ça c'est le problème avec les mitaines, par définition, ça tient les doigts au froid).

En fait, vous les reconnaissez peut-être : c'est quand je les ai vues sur le blog de Petites Choses que je les ai trouvées subitement indispensables.. et j'ai craqué, je les ai commandées, (un peu en avant-première parce que celles qui étaient en photo étaient un prototype).

J'ai rarement été aussi emballée par une paire de moufles, mais celles-ci sont parfaites, moi qui redoute les courants d'air entre les manches et les gants, si gants (ou mitaines) il y a, j'apprécie doublement le poignet bien long, et boutonné. Et elles sont très belles, et les finitions impeccables, en plus. 

Je ne vois pas ce que je pourrais ajouter.. J'ai l'air de faire la réclame, mais je ne suis pas payée pour ;o) C'est tout à fait bénévolement et parce que je soutiens la création artisanale et made in France que je tenais à vous faire part de mon entousiasme! En plus, elles sont à un prix parfaitement raisonnable, alors que demander de plus? Il y avait même un petit cadeau trop mignon dans le paquet : deux petits coeurs-tirettes, à accrocher sur une fermeture éclair.. Contacter Petites Choses pour plus de renseignements, elle se fera un plaisir de vous répondre.

Enfin, de la couleur sur mes aiguilles..


Aussitôt reçue, aussitôt montée et commencée ! Je n'en pouvais plus des couleurs foncées et des modèles austères, rectangles plus ou moins longs, des écharpes et des mitaines, et puis il faut que je me dépêche de tricoter ce cadeau de naissance en retard! 
C'est la première fois que je tricote la n°5 de Fonty, et elle est très agréable à travailler, et une couleur un peu plus féminine que les derniers ouvrages, il n'y a pas à dire, ça me motive plus! Bon, j'étais tellement pressée qu'évidemment, j'ai zappé l'étape échantillon.. et j'ai un peu l'impression que le dos que je suis en train de monter, pour du 6 mois, c'est large.. Je me rassure en me disant que la petite fille qui le mettra le portera plus longtemps (ou l'année prochaine, au pire..).
Non, je n'ai pas oublié les mitaines, je les continue en alternance avec l'écharpe de Noël n°2 et ce tricot (on n'est plus à un jour près..). Je les ai même pas mal avancées. Elles m'ont réservé des petites surprises: tout n'est pas exactement comme prévu, mais là, je me vois mal détricoter et retricoter, honnêtement. Ce sera juste une interprétation des mitaines à la Claudie Pierlot.. Bientôt bientôt.. 

2.2.09

Apolline, en Strawberry Thief, pour une chanceuse..

J'ai découvert aujourd'hui qu'on pouvait gagner cette adorable tunique en Liberty, déjà toute faite, cousue par les petites mains de Stef et sa belette! Je ne pouvais pas manquer une si belle occasion, et j'ai décidé de participer au tirage au sort. Bon, cette tunique est en taille  4 ans, c'est à dire que malheureusement elle ne sera pas pour moi, et que la petite souris attendra un peu avant de l'enfiler.. Ceci-dit, soyez sûres que si jamais elle peut la porter comme une robe en attendant la bonne taille, ça sera fait! 

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails