28.10.09

Ce que vous n'aviez pas encore vu..



Chose promise chose due, aujourd'hui je vous montre mon premier ouvrage au crochet. Bon, pour le premier, je me suis limitée à un carré, crocheté en 8, avec la magnifique laine donnée par Céline à cet effet précisément : faire une couverture de poupée au crochet, colorée (sans avoir à changer de fil, d'où la laine multicolore). Ceci-dit, les changements de couleurs cachent un peu le motif du carré.
J'ai un peu souffert quand-même à cause de cette laine, parce que c'était celle du bonnet de rasta, que j'ai détricoté, sauf que sans connaître le modèle, j'ai imaginé qu'il était tricoté du bas vers le haut, logiquement dans ma tête. Et j'ai donc galéré des deux bras, de longues soirées, pour arriver à détricoter à l'envers!! Il y avait des jetés, des surjets, et tout le tralala pour un joli point dentelle, avec un fil qui accroche beaucoup, pour couronner le tout. Détricoter ça dans le mauvais sens, est une expérience que je recommanderais plutôt à quelqu'un à qui je voudrais du mal..
Mais bref, j'y suis arrivée, et j'ai enfin mis en pelote mon fil de Noro Iro, puis je l'ai crocheté. Et je me suis régalée à crocheter. Une fois le truc pris pour bien tenir le crochet et le fil, et deux ou trois décrochetage au début, pour cause d'erreur de lecture (de compréhension, en fait) du diagramme, après ça tout a roulé comme sur des roulettes, j'aurais voulu un autre écheveau pour continuer. D'autant que finalement, j'ai juste obtenu un carré de 25 cm par 25.. pour une couverture, c'est plutôt un chauffe-pied, ou un plaid de poupée.. Bref, ça c'était le 7 octobre.


Encore un autre ouvrage que je voulais faire depuis longtemps, c'était le chauffe-coeur des Intemporels Tricots, pour la petite souris. J'étais prête à le faire, avec la laine Fonty de ma dernière commande (que vous avez vu avant-hier..), sans urgence, mais samedi soir j'ai appris que l'on fêterait l'anniversaire de l'une de mes nièces en avance, c'est-à-dire le lendemain même, le dimanche. Et mon cadeau commandé chez Silo n'était bien sûr pas arrivé, vu que je m'y suis prise au dernier moment, et que de toute façon, son anniversaire était juste hier. Enfin bref, j'ai quand-même voulu ne pas arriver les mains vides, j'ai eu l'inspiration et j'ai puisé dans mon stock de laine de base : Bouton d'Or Club couleur Vieux sofa et Diwa de Filatura di Crosa, blanche, pour un tricot aux aiguilles 5 mm, histoire que ça monte vite.

J'y ai passé quelques heures intenses, tout de même, même si c'est un modèle rapide, et j'ai profité de l'heure supplémentaire du week-end pour arriver à terminer, et coudre les boutons dimanche à midi. Je suis assez contente du résultat, surtout que la maman a beaucoup apprécié le modèle et la couleur, qui allait parfaitement avec la tenue de la petite Noémie. Ceci-dit, j'ai comme un petit souvenir douloureux dans la main droite pour ce tricot, comme Karen, ça doit être la saison..

Et puis enfin, un de mes objectifs pour ces vacances, finir mon Nimbus, mon Trico'13 de septembre, enfin, faire les coutures! Ca fait un mois, à 2 jours près, qu'il est entièrement tricoté, et je n'ai fini de l'assembler qu'hier soir.. tard! Enfin, je m'y suis mise hier après-midi (pour me reposer un peu du tricot, ma main droite n'est pas trop d'accord avec mon rythme..) et je suis contente que ça soit enfin terminé! Alors au final il n'est pas trop grand, il me va juste bien. Un tout petit peu court, bien que j'ai rallongé le modèle (ou alors j'ai mal lu les instructions.. ça vaudrait le coup de vérifier.. ), il m'arrive à la taille. Je pensais que j'aurais du mal à trouver un bouton qui me plaise, et puis finalement j'ai fait un truc que je ne fais jamais, j'ai pris un bouton de remplacement, donné avec un gilet acheté couleur mastic. Je trouve qu'il va plutôt bien avec, il ne me reste plus qu'à le coudre. Et peut-être même que vous pourrez voir des photos de la chose portée, un de ces jours.. Si mon photographe perso est bien disposé et se montre avant la nuit tombée..

27.10.09

Dans ma boite il y a aussi..



Il y a moins de deux semaines, mais je ne me rappelle plus quand exactement, j'ai aussi trouvé dans ma boite aux lettres une petite boite à voyager, contenant cette illustration..

Je ne m'y attendais pas vraiment, parce qu'après avoir gagné (pour la première fois sur la blogo..) chez elle, elle m'avait confié avoir beaucoup de choses en cours, et puis aussi, je ne savais pas ce qu'elle allait faire pour moi..
Et je dois dire que je suis enchantée, cette illustrations est ravissante de finesse et de détails, j'adore les collages et la matière qu'ils amènent, et j'aime aussi beaucoup le support de cette illustration, c'est un carton à la texture très fine, mais de quelques millimètres d'épaisseur, sur lequel la peinture acrylique a de jolis effets.. J'ai du mal à traduire en mots toutes les petites choses qui font de cette illustrations plus qu'une "simple" illustration, elle a du poids, une présence, et la photo ne lui rend pas assez fidèlement hommage.. Vous pouvez l'entrevoir, mieux photographiée, , et aussi . Encore merci Anzil!

26.10.09

C'était juste il y a deux semaines..

Je suis en retard, mais heureusement, les vacances sont là pour me permettre de rattraper un peu de ce retard..
Le 9 octobre, pour être précise, un vendredi soir en rentrant j'ai trouvé ma boite aux lettres pleine. La factrice avait réussi à empiler et faire tenir, consciencieusement, un petit carton, un gros carton, une enveloppe à bulles et le courrier courant.. Je pense qu'un journal supplémentaire ne serait pas rentré dans l'espace restant..
Hum mais bref.. j'ai passé des petites commandes..
Dans le gros carton, de la couleur en pagaille, des fleurs, de la laine et des accessoires dont j'ai hâte de me servir : feuilles de feutrine de laine pour réaliser des fruits, légumes et autres aliments de dînette, que j'avais envie de faire depuis fort longtemps, et pour lesquels ma belle-soeur a un livre japonais génial.
Les pelotes de Fonty devraient se transformer en chauffe-coeur des Tricots Intemporels pour la petite souris, et les fleurs de ce Liberty Daisy Fields sont.. ben je ne sais pas encore, mais ce que je sais c'est que ce Liberty me plaît beaucoup et qu'on ne le voit pas souvent.. J'ai complété ma commande avec ce coupon, dont les couleurs vont parfaitement avec la garde-robe déjà existante de ma Mini.. donc...
Et puis des crochets, parce que j'ai vraiment envie de me lancer dans un vrai projet de crochet, après mon premier ouvrage.. Euh, vous l'avez déjà vu mon premier? J'ai comme un doute.. Il se pourrait que seules les "Ravelriennes" l'aient vu..
Bon, je ne vais pas pouvoir tout faire en un seul post, ça risquerait d'être vraiment le bazar et aussi indigeste à lire. Disons que je vous poste ça dans la semaine, ça vous va?
Il faut quand-même revenir à mes moutons : ma boite au lettres.. Il y avait aussi ce petit carton, mais qu'est-ce qui peut arriver dans un aussi petit carton, à votre avis?
Et puis pour finir, l'enveloppe à bulles..
Vous avez certainement déjà vu ce qu'elle contenait, puisque leur créatrice a eu la gentillesse et la générosité d'accepter de me faire les mêmes que les siennes, qui me plaisaient tant..


Elle n'a pas besoin de publicité, mais je peux pas manquer de la remercier encore une fois, c'est Emma qui m'a gâtée..


23.10.09

Ma petite cuisine du dimanche soir

Je le lui ai promis, et je ne l’ai pas encore fait, même si l’ingrédient principal n’est pas son préféré: donner ma recette de.. soupe à la courge !
J’ai fait, dimanche dernier, la meilleure des soupes à la courge que j’ai jamais faite ni même mangée, d’ailleurs.. Si j’avais pu faire une photo, les couleurs auraient été belles : le roux de la courge muscade, à côté du violet luisant de l’aubergine.. C’est rare qu’elles se rencontrent ces deux-là, d’ordinaire, l’une succède à l’autre. Mais avec l’arrière-saison que nous avons eu, les aubergines réussissent encore à pousser, et à nous régaler !
C’est juste une association d’ingrédients que je voulais partager avec vous, pour ma soupe j’ai mis :
Un bon kg de courge muscade
4 petites aubergines
4 gousses d’ail en chemise
2 clous de girofle,
2 pommes de terre
1 feuille de laurier
1 oignon
1 tranche de poitrine de porc fumée.
1 cube bio de bouillon de légumes

J’ai fait revenir l’oignon avec de l’huile d’olive et la courge coupée en gros cubes et puis tous le reste en vrac, sans ordre particulier, puis j’ai ajouté de l’eau (au moins un litre, je pense) et fait cuire..
Enlever la tranche de lard, la feuille de laurier, les clous de girofle et la chemise des gousses d’ail avant de tout mixer.
Le truc c’est que l’aubergine donne une douceur et un velouté incroyable pour une soupe qui n’a pas de crème dans ses ingrédients, et presque un petit goût de chataigne... On s’est régalé !

20.10.09

Petits petons au chaud!



Pas de blablas, je ne suis pas souvent là en ce moment, et je ne voudrais pas en faire des tonnes pour un si petit truc, tricoté aussi vite.. C'est même je pense mon tricot le plus rapide de tous les temps!
C'est juste que samedi matin oblige, je me suis rendu compte que les chaussons sur le pyjama de la petite souris, ça passait plus. Pas envie de l'habiller ou de lui mettre des chaussures dès potron-minet, et pas tellement motivée pour commander une paire de chaussons de la marque que je préfère, parce que maintenant elle atteint les grandes tailles c'est un peu plus cher et il y a moins de choix..
La solution : tricoter ! Et pour que ça soit chaud et solide : feutrer!
Pelotes pure laine : achetées le samedi matin même : Natura de Bergère de France, couleur "Roselite" je trouve ce nom très laid, vraiment, mais j'adore la couleur ! Tricotée en 6, comme prévu par le modèle.
Patron : Drops Garnstudio, en français s'il vous plaît..
Mesure adaptée à la longueur de peton (de bientôt deux ans) de la petite souris (plus petite que la plus petite du modèle..)
Et voilà.

J'ai adoré faire ça, surtout quand j'ai vu (rassurée..) qu'après le feutrage, j'avais une taille raisonnable : avant, je pouvais moi-même porter ces chaussons.. La prochaine fois, je rajoute deux petits pompons et un tour de mailles serrées à la bordure, en beige caramel..
Le seul petit problème c'est que ça glisse sur le carrelage. Il ne me reste qu'à acheter demain de la peinture textile gonflante, il paraît que ça fait un parfait anti-dérapant!

13.10.09

Trico'13 - on s'arrange comme on peut



Bon. Je n'avais pas tricoté ça pour le trico'13, surtout que j'avais commencé ce projet, alors que le thème d'octobre n'était peut-être même pas encore annoncé, mais il faut se rendre à l'évidence, si je fourmille de projets et d'envies, le temps n'est toujours pas élastique, et mes journées (nuits incluses) n'ont pas plus de 24h. Si j'en profite un peu pour me faire plaindre, je vous dirais que cette nuit même, par exemple, pour bien commencer la semaine, la petite souris nous a réveillé juste 5 fois, entre 00h45 et 3h55. Oui, je suis précise, parce qu'à partir de 00h45, je ne me suis jamais rendormie, jusqu'au petit matin (une heure de sommeil, histoire de dire que j'ai somnolé avant d'entendre le réveil), je sais donc exactement à quel rythme elle a pleuré désespérément, en proie à des terreurs nocturnes.. Bon, c'était la première fois, et en pleine nuit, pas facile de réaliser ce qui est terreur nocturne, cauchemar, ou autre.. a posteriori c'est bon, j'ai bien identifié la chose, et on fait tout notre possible pour éviter que ça se reproduise.
Euh, oui, sinon moi je ne vais certainement pas finir la semaine saine d'esprit, ou, au choix, sans avoir étripé un élève un peu trop agaçant.
Hum enfin bref, revenons à nos moutons. Ce petit gilet que j'avais hâte de tricoter pour la première fois, issu des Tricots Intemporels, était pour le petit garçon le plus adorable de la blogosphère, un certain Ernest... C'est sa maman qui m'a demandé si c'était mon Trico'13 d'octobre, sans elle, je n'y aurais même pas pensé, mais il faut bien dire qu'il me sauve la mise, pour cette fois!
Tricoté en Bouton d'Or Baby Super Wash couleur gelée.. J'ai fait une bidouille pour avoir une taille 6-9 mois, et j'adore tricoter ce fil très sec, sans bouloches ni noeuds, ni poils..


2.10.09

Introspection

Vendredi (dernier).
16h10, les derniers élèves sortent, je rentre dans mes pensées, range machinalement sort, ferme la porte, souriant déjà à l’idée de passer faire un petit coucou au, CPE du collège avec qui je m’entends très bien, avant qu’il ne soit entraîné dans le tourbillon des élèves qui se ruent au portail..
Et puis devant sa porte non, finalement, il n’est pas là. Pas grave, je lui laisse un petit mot pour lui souhaiter bon week-end, et je quitte la salle de profs.
Arriver à la voiture en passant au milieu des élèves déjà sortis, ouvrir et sentir la chaleur s’exhaler comme d’un four, tout en me réjouissant des rayons de l’astre solaire qui durent et nous font croire encore, à l’été.
Démarrer. Sortir de la bourgade vers les jolis chemins arborés de la RN. Ecouter distraitement la radio : France Culture est à l’ENS, je l’avais déjà entendu ce matin à l’aller, je raccroche le soir, tout en me demandant si je ne vais pas entendre mon prof de Maîtrise, ancien élève de l’ENS, et prof à la Sorbonne, maintenant. Ecouter un peu, rouler, tourner, admirer les grands platanes, les couleurs à peine changeantes des feuilles. Penser à ce prof me ramène inévitablement à cette période mouvementée de ma vie (jeunesse ?), à la fac. Un garçon qui a beaucoup compté, et puis l’Italie, où j’ai fini ma maîtrise, et dans laquelle j’avais déjà un pied quand j’ai passé ma soutenance.. A mon grand étonnement, à l’issue de l’oral, ce prof m’avait demandé si je m’orientais vers un DESS ou un DEA, alors que j’avais l’impression de ne pas pouvoir y prétendre et que j’avais déjà plié bagages pour l’Italie.. Reste la satisfaction intime et dérisoire d’en avoir été jugée digne.
Bref, entendre parler de l’ENS me ramène 10 ans en arrière et imprime à mes pensées une tonalité légèrement nostalgique.
Je flotte, suivant le cours de mes pensées comme le ruban de la route qui se déroule devant moi. Je croise des images qui m’interpellent..
16h30 Ce jeune garçon, d’une dizaine d’années, dans le plus joli village de ma route, debout devant une porte. Le temps que je le dépasse, il a sorti une clef et s’apprête à ouvrir la porte. Il habite juste à quelques mètres de l’école, de l’autre côté de la route. On doit s’y sentir plus en sécurité, non, quand l’école fait partie du paysage familier au point que l’on peut y aller ou la voir à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit ?
La cantine, moi petite.. Symptomatique de cette distance entre ma maison et l’école, de tout ce temps de la journée hors de la maison. Je n’aimais pas ce qu’on y mangeait, mais j’avais plaisir à y retrouver mes plus petits frères et sœurs, garder un œil sur eux et m’en sentir responsable un peu..
Habiter en face de l’école pour moi, c’est un peu comme habiter suffisamment près d’un lieu de travail pour rentrer manger chez moi à midi, un luxe, une pause dans les journées souvent trop longues.
Un peu plus loin, une maison que je regarde tous les matins : une de celles que l’on avait envisagé d’acheter. Je ne l’ai pas visitée, mais mon homme oui, et s’il n’était pas totalement emballé, je sais quand-même qu’elle avait un beau potentiel, (en dehors du fait qu’elle est au bord de la route). Et de fait, elle est vendue. Les nouveaux propriétaires ont fait des travaux, j’aimerais bien voir ce qu’ils en ont fait.. Et puis elle est pile à mi-chemin entre notre appart et mon travail, y vivre aurait divisé par deux mon temps de trajet..
Sortie du village, c’est de nouveau la campagne. Quelques magnifiques portails s’ouvrent le long de la route, sur des parcs aux arbres pluricentenaires : quelles demeures s’y cachent ? Pouvoir m’arrêter à chaque portail, photographier ces piliers sculptés (et puis aussi, faire une typologie des piliers de portail, déformation professionnelle).
Depuis le projet d’acheter la maison, je les regarde d’un œil différent ces vieux piliers de pierre toute patinée.. Peut-être que nous pourrons avoir nos propres piliers taillés maison.. Ben oui, mon beau-père sait faire ça, et du coup mon mari aussi, et à part le temps que cela demande, ce serait chouette d’avoir de beaux piliers qui se patineront, à leur tour..
J’ai toujours envie de photo sur la route, et si je ne conduis pas, ça m’arrive d’en faire, au prix de moqueries de mon homme, les photos sont souvent floues... Tous les jours j’ai envie de fixer un moment, la vision d’une lumière ou d’un paysage familier.. différent, sous la brume, le soleil, les différentes heures… et mon humeur.
16h45. Dernier pont, un petit coup d’oeil au canal pour voir sa couleur et si le vent le plisse, et vite un autre coup d’oeil devant au point le plus haut du pont : on voit loin devant des bâtiment de ma ville que je ne situe pas très bien.. ça m’intrigue.. Mais tout de suite, la route redescend. C’est vendredi, je ne continue pas pour aller chez la nounou, je bifurque et je suis chez moi.
Les autres jours, je passe devant, en jetant un oeil envieux au parking, et aux stores déployés sur le balcon. il faut encore aller chercher la petite. Je commence à penser au plaisir de la retrouver, et les derniers kilomètres, dans la circulation urbaine se font plus pénibles. Encore 5 minutes, un feu, des ronds-points.. avant d’y être.
Je ne reviens vraiment sur Terre qu’en sortant de la voiture, chez la nounou. Là je sais que je suis arrivée, que l’on touche à la fin de la journée de travail. Je sais la surprise ravie qui est la sienne quand elle me voit arriver et court dans mes bras. Après, il faut juste la convaincre de laisser le jouet qu’elle a attrapé, (mission presque impossible) et l’emmener avec moi.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails