23.5.11

Deux filles à la maison




Cette fin de semaine a été un peu mouvementée.. pour la première fois, la cousine la plus proche de la petite souris, A.,  est venue chez nous toute seule passer l'après-midi. Elles se voient souvent, elles sont dans la même école et se retrouvent aussi souvent le dimanche, chez leurs grand-parents. C'est peut-être aussi pour ça que l'on ne l'avait pas invitée avant. Mais il se trouve que son petit frère vient de passer une semaine à l'hôpital pour une rougeole, et rentré jeudi, il était encore très fatigué, et avait besoin de calme.. 
Bref, elles étaient ravies toutes les deux, que je les ramène ensemble de l'école vendredi. J'étais ravie aussi, ma petite souris était tellement contente! De mon côté, j'avais essayé de préparer au maximum le repas à l'avance, les assiettes (de princesse), les vêtements à lui prêter pour aller jouer dans le jardin de la petite maison, un chouette goûter à emporter au jardin aussi.. 
Et pour le repas, le pesce finto de Margherita, que je n'avais pas refait depuis 2 ans, je pense! Mais elles ont bien mangé toutes les deux, et même l'homme de la maison ne voulait plus s'arrêter, et aurait bien tout mangé tout seul.. 
On avait imaginé que peut-être elles pourraient faire la sieste,  vu que toutes les deux dorment  l'après-midi, d'habitude. Je me doutais bien que ce ne serait pas évident, et effectivement, ça n'a pas été possible, et je vous passe les détails du nombre de changement de lit, de position, d'installation, des deux malicieuses. 
Mais bref, après avoir essayé une petite heure, on a abandonné. 
Avec la fatigue, mes deux fillettes étaient un peu susceptibles, et elles se sont chamaillées un peu. 
Je les ai emmenées au jardin, et après avoir goûté, et puis quelques petits ajustements répartitions de pelles et de seaux, elles ont longuement joué à faire de la boue, mettre de la terre dans un seau d'eau, et des bouts de feuilles, c'était une potion magique... et je les écoutais en souriant. Et puis je ne sais pas exactement comment, les choses ont commencé à se corser, la cousine a commencé à crier après la petite souris, les chamailleries se sont envenimées.. Les fois précédentes j'avais réussi à désamorcer un peu les conflits, mais à partir de là je me suis retrouvée désarmée. Elles se sont affrontées, je ne pouvais rien dire pour que ça s'arrange, A. disait des choses méchantes, un peu inconsciemment, je pense, mais blessantes, comme savent le faire les enfants. Elle se mettait en colère, et partait en boudant. J'ai relativisé, bien sûr, je suis une grande personne. Mais ce qui m'a le plus laissée désemparée, c'est que même en essayant d'aller vers elle, d'être à l'écoute, de lui parler, en essayant de l'excuser pour des choses pour lesquelles j'aurais grondé ma fille et chose que évidemment je n'allais pas faire avec elle, (je ne voulais pas m'opposer frontalement à elle, et risquer de la braquer encore plus, je me suis limitée à la reprendre gentiment, et à inciter ma propre fille à la compréhension), même avec la meilleure bonne volonté du monde, elle ne se laisse pas fléchir, ni toucher. J'ai constaté qu'elle s'arrêtait de bouder et acceptait de redevenir gentille uniquement quand sa cousine finissait par pleurer. Je ne sais pas trop quoi en penser, et surtout je suis un peu triste, pour elle avant tout, parce qu'elle se renferme et ne se laisse pas réconforter, pas par moi en tout cas. Enfin, quand après la dernière dispute, elle a finit par dire qu'elle voulait rentrer à sa maison, je me suis sentie complètement en échec. Je pense qu'il doit y avoir une façon de la prendre, pour pouvoir la "gérer", mais je ne l'ai pas trouvée.. Pas facile de s'occuper des enfants qui ne sont pas les siens, finalement..

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails