3.9.11

Le soleil pour le goûter


Voilà plusieurs mois, plus d'une saison en tout cas, que je voulais faire ces petits gâteaux-là. Leur couleur jaune vif était très invitante, et la recette m'évoquait le souvenir des "pannocchie" italiennes à tremper le matin, dans le thé : j'ai acheté aussitôt la semoule de maïs fine. Et puis j'ai laissé passer du temps, la saison m'inspirait moins la confection de biscuits et puis en revenant de vacances, j'avais bien envie finalement de les faire. La canicule du mois d'août m'a encore retardée (avec 28 ou 29° C dans l'appart, je n'ai même pas imaginé allumer le four..) et puis voilà. La veille de la reprise de la petite souris chez sa nounou, enfin, je me suis lancée. Et puis aujourd'hui ici, il fait gris, j'avais bien envie de vous montrer du soleil pour le goûter. 

La recette vient d'ici, et étant une recette italienne, j'ai bien cherché une version originale, mais sans trop de succès, deux ou trois versions très similaires à la version française, et une autre version qui, après coup, vaudrait le coup d'être testée, avec la polenta cuite. Les italiens que je connais ne connaissaient pas ces biscuits. Mais peu importe, ils m'inspiraient alors voilà ma version modifiée de celle de Cakes in the City :
210g de farine (bio semi-complète)
210g de semoule très fine de maïs (bio aussi)
100g de sucre (j'ai diminué le sucre)
1/2 sachet de levure chimique
150g de beurre mou
4 jaunes d'oeufs
1 cuil. à soupe d'eau de fleur d'oranger (+1 cui. à soupe d'eau)

Le procédé est hyper simple : on mélange d'abord tous les ingrédients secs, puis on ajoute les jaunes d'oeufs et le beurre très mou, et l'eau de fleur d'oranger. La cuillère à soupe d'eau supplémentaire vient de ce que ma pâte était trop sèche, et les deux c.à.s. de liquide ont suffit à la rendre assez souple.
On fait ensuite reposer la pâte en boule au frais, pendant 30 min., ensuite en divisant la pâte en deux, on forme des rouleaux de pâte assez réguliers et compacts si possible, d'environ 5 cm de diamètre, que l'on enveloppe dans du film alimentaire avant de les mettre 20 min au congélateur. Cette étape sert avant tout à pouvoir couper des tranches de 1/2 cm d'épaisseur environ, des rouleaux de pâte. Sinon, on peut étaler la pâte et la couper à l'emporte-pièce ou au couteau, mais c'est une pâte sablée, friable, donc, et elle pourrait être difficile à manipuler.
Préchauffer le four à 150°C, couper les rouleaux de pâte en tranches et les mettre sur une plaque recouverte de papier cuisson. Pour moi, 15 à  20 min de cuisson ont été nécessaires, le bord commençait juste à se colorer. Et ils se sont légèrement étalés à la cuisson, donc bon à savoir, espacer les disques de pâte d'un peu plus de 3 cm.
Verdict : c'est bon, bien que un peu plus gras que ce à quoi je m'attendais, et un peu sucré à mon goût. Mais surtout ce qui me gène c'est que la semoule de maïs n'étant pas cuite dans un liquide, elle reste croquante, et on a parfois l'impression d'avoir mangé de la polenta crue. C'est léger comme impression, et ça ne nous empêche pas de les manger, mais à refaire je ferais différemment : soit avec de la farine proprement dite de maïs, et pas de la semoule, soit avec une recette différente qui prévoit de faire cuire la semoule de maïs, comme de la polenta, avant de l'utiliser. Il me reste la moitié de mon paquet de semoule de maïs, alors c'est dit, je réessaierai! 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails