29.2.12

Défi'13 - Feu d'artifice!


Ca c'est mon propre feu d'artifice, mon défi personnel, mon envie de l'hiver, celle que j'ai méditée, imaginée, rêvée aussi. Tout est parti d'une tunique de Citronille que Silo avait tricoté, et que j'ai toujours voulu tricoter depuis que je l'avais vue (en 2009..). Et puis au début de l'hiver je me suis dit que je pourrais la tricoter en la rallongeant, pour en faire une robe (on parle d'une taille 4-5 ans, hein, pas une robe pour moi!). Et au même moment, j'ai commencé mes premiers essais de jacquard. Et j'ai eu envie de rajouter une bande de jacquard au bas de la robe. 
J'avais beaucoup aimé et admiré les motifs créés par Jettshin pour son Paperdolls, alors je lui ai demandé la permission et je les ai dessinés d'après ses photos : ma première grille de jacquard. Entre les grandes fleurs, j'ai intercalé des petits motifs inspirés de moufles (Perianth, entre autres).  
Enfin, pour le côté pratique, j'ai modifié le patron de Citronille pour le tricoter en rond, de bas en haut, et me suis rallongé la tache, en commençant à tricoter une bande unie de jersey de la même hauteur que le futur motif de jacquard, puis un rang de point mousse et à ce moment-là j'ai commencé le jacquard. La première partie, unie, est simplement repliée comme un ourlet, sur l'intérieur de la robe, et quand la partie jacquard a été terminée, j'ai pris les mailles du rang de montage et les ai tricotées avec un rang de jersey normal. Ca évite une couture et ça protège l'arrière du travail de jacquard, et les fils croisés qui pourraient être tirés par le haut des bottes, ou quelque-chose comme ça. 
Bref voilà, ensuite, du jersey en rond, des diminutions régulièrement, pour arriver à une ampleur normale en haut du corps et ensuite, les instructions du patron. Dernière modification ; je n'ai pas tricoté les manches à part pour les coudre ensuite, mais j'ai cousu le haut des épaules et ensuite relevé les mailles pour tricoter les manches en rond. 
Tout s'est bien passé. Jusqu'au moment où j'ai essayé la robe sur le modèle vivant, celui qui dormait quand je tricotais sa robe. J'avais bien pris modèle sur une de ses robes à la bonne taille, pour la longueur sous emmanchure, mais le fait est que la robe est quand-même vraiment trop longue. De presque 10cm. Du coup, elle a un côté chemise de nuit.. (et certes, les photos pieds-nus sur son lit ne vont pas aider à oublier ce côté..) 
Bon, je me console en me disant que de toute façon l'hiver est pratiquement fini et qu'elle la portera l'an prochain, une fois qu'elle aura grandi.. 



Laine : Istex Lodband Einband, 6 pelotes et demi (tricotée en double) et Bouton d'Or Centurion écrue pour le jacquard. 



21.2.12

Undine


Elle m'a inspirée quand je l'ai vue cette laine, et je n'ai pas tardé à la mettre sur mes aiguilles.. 
Test knit pour Katushika de Umschlagplatz, pour un col qui m'a tout de suite plu quand je l'ai vu.. 
Un tricot rapide, la bonne taille pour ce col qui ne s'effondre pas sur lui-même, un joli motif texturé, et un petit défi technique : tricoter 8 mailles dans une.. Avec des aiguilles solides, un fil et des mailles pas trop serrés, et les copines pour essayer en même temps, en direct live, on y arrive.. 
Cette laine est un régal, douce, soyeuse et consistante à la fois. Seul petit défaut, comme dans d'autres laines, on trouve parfois des brins de végétaux pris dans le fil. Je suis un peu maniaque, je ne peux pas m'empêcher de les enlever.. mais j'aimerais bien savoir d'où ça vient! 

Patron : Undine
Laine : Mohang de Dougora couleur Marine, 1 pelote et demi environ
Aiguilles 4mm

15.2.12

Comme un poisson dans l'eau

Stand de Catherine Morel - Atelier Garance

C'est la saison des fêtes dans la région,  la Fête du livre jeunesse la semaine dernière, où c'est traditionnel maintenant, je fais au moins un petit tour chaque année, (et je ne vous en ai pas encore parlé, oui je sais) et cette semaine, pour la première année j'ai mis les pieds à la fête de la laine, organisée par l'association La toison d'Art.  La plus importante manifestation de ce genre en France paraît-il. Il faut dire que dans la Drôme (et l'Ardèche toute proche) on a notre lot d'éleveurs de bêtes laineuses, que ce soient des chèvres mohair ou angora, des lapins angora, des moutons mérinos, des alpagas et même des chèvres cachemire, et aussi d'artisans fileurs, tisserands, feutreurs, teinturiers, tanneurs, d'éleveurs,  etc. C'est tout ça et plus encore que j'ai découvert, assez entousiaste il faut bien le dire. Cette fête avait pour réputation de ne pas offrir une grande variété de fils à tricoter, mais plus de tricots machine ou main, de vêtements et d'accessoires tissés, ou en laine feutrée. Mais cette année en tout cas, moi j'ai trouvé mon bonheur de tricoteuse! 




Des fils mohair angora merinos et soie magnifiques, (j'aurais pu me ruiner sur ce stand..) Production de Danielle et Hubert Simon-Perret en vente sur Créations du Bochaine


Du mohair bouclé non teint, filé bénévolement par l'association La Fibre Solidaire pour la Mongolie cette année.


Du lin-mérinos, mélange peu habituel, très séduisant à voir, soyeux, dans un gris mauve argenté (Atelier Garance, Catherine Morel - pas de site internet, malheureusement, écheveaux de 100g à 6 euro sur le salon, prix unique pour toutes les matières : imbattable, inutile de chercher à résister, je ne sais pas d'ailleurs comment je ne l'ai pas dévalisée..)


Du maco merinos (ou merinos seul, je ne sais plus..) doux et gonflant, dans une magnifique couleur d'or roux (un peu moins orange vif que sur la photo) - Atelier Garance aussi


Du mérinos non teint, avec une arrière-pensée de futurs essais de teinture maison.. Atelier Garance.



Et puis j'ai craqué.. il y avait cette dame charmante, Fabienne Allemand, qui partageait un stand avec "Le Jardin des fibres", et filait de la laine avec un rouet, avec qui j'ai discuté un peu, qui m'a montré ce qu'elle faisait, qui m'a même dit que je pouvais aller la voir chez elle pour essayer de filer si j'avais envie.. Et qui vendait des kits de débutant en filage. Ca avait l'air simple comme bonjour, et ça fait partie des choses qui me fascinent, parce que je trouve ça magique au final, ce que l'on fait d'une "nappe" de laine. J'ai été surprise d'ailleurs, de voir la finesse du fil qu'elle filait sur son rouet, ce qui m'a amené à en déduire qu'elle allait ensuite le retordre, et faire un des ces fils merveilleux que l'on voit de temps en temps, "handspun" c'est ça, mon but ultime ce serait ça, j'adorerais savoir faire ça.
J'y pensais depuis longtemps, j'ai passé la première étape en achetant un kit fuseau+ trois fibres différentes, Shetland, Corriedale et Falkland, dans de jolies couleurs assorties. Et puis une tresse de BFL pour après, quand j'aurais dépassé la peur de gâcher la matière douce comme du coton, et que je me serais fait un petit peu la main sur le kit. 
Enfin voilà, c'était un peu le paradis. Je ne pouvais malheureusement pas rester tout l'après-midi, mais ces 2h m'ont enchantée et mise de bonne humeur pour un bon moment. Les exposants sont des artisans, passionnés, les visiteurs aussi, il y avait une ambiance cordiale, (et ça sentait le vin chaud..), un mélange d'âges et de genre, des hommes qui tricotent et achètent de la laine, qui regardent admiratifs, les fileuses de La fibre Solidaire, alors oui, je m'y suis sentie comme un poisson dans l'eau et j'y aurais bien passé 48h en immersion totale.. Vivement l'année prochaine! 


11.2.12

On fait ce qu'on peut..


..pour se réchauffer. Oui je sais, on est un peu monothématique en ce moment, le froid, le gel, la glace, et la recherche de la chaleur. Après le tricot (je n'en fais pas un par semaine comme celui-là, dommage, j'aimerais bien), il y a des moyens plus terre à terre.. 

De nouveaux chaussons pour la petite souris qui arrêtera peut-être comme ça de quitter ses chaussons, toutes les vingt-cinq secondes, chaussons-chaussettes en soldes dans un vrai magasin où on va, ça change des boutiques internet et des frais de port, de l'attente du facteur.. : première satisfaction. En plus ils étaient plus soldés que sur le net, donc bonne affaire! (= deuxième satisfaction). Et ils sont fabriqués en France, pour moi ça compte aussi! (marque Col*egien)



Et puis une vraie bouillotte à l'ancienne, à glisser dans le lit de la petite souris qui craint le froid aux pieds. Version écolo, une bouillotte à eau en caoutchouc (FSC : issu d'exploitation gérées durablement), avec une housse (en coton bio), en solde aussi, sur une boutique que je ne connaissais pas, Boitabio. "C'est pas pour la frime" (comme disait Mathieu Boghaerts), c'est juste que quand je peux choisir quelque-chose qui n'a pas été produit avec le seul souci de rentabilité et de bénéfice, mais avec une autre préoccupation derrière, quand j'ai le choix, je préfère..  



Et enfin, un moyen de réchauffer le corps et l'esprit, toujours, le chocolat chaud. Je ne l'ai jamais réussi comme cette fois, mais complètement par hasard en réalité. Je ne sais pas quel poids de chocolat j'ai mis à fondre, et j'ai mis de l'eau et du lait, de la cannelle, et puis j'ai oublié le tout sur le feu : quand je m'en suis rendu compte, c'était en train de bouillir, presque déborder. J'ai éteint le feu et je pensais que le chocolat allait redescendre  dans la casserole. En fait il est resté très mousseux, et très crémeux, même refroidi ensuite, le reste ressemblait à une crème au chocolat. Et il était meilleur que jamais, il m'a rappelé la xocolata barcelonaise.. miam!  



4.2.12

Au chaud..


C'est le sujet de conversation récurrent en ce moment, et pour cause, mais voilà, oui dans le sud de la France aussi on se gèle, il fait un froid de canard, -7°C à l'abri ce matin, avec un vent très violent, et évidemment, glacial, ce qui fait que la température ressentie est bien plus basse, environ -16°, si le vent souffle à 70km/h comme il était prévu. A mon avis, il a soufflé même plus fort que ça, mais enfin, ça donne une petite idée. Aucune envie de sortir donc, même s'il fait soleil, et comme j'avais aussi un tricot en retard à prendre en photo et montrer ici, avant de l'offrir cette semaine, j'en ai profité.
Le modèle Scalene, de Carina Spencer est très ingénieux, c'est un châle triangulaire, asymétrique, avec un double passant pour maintenir le châle en place. Un double passant, parce qu'il y en a un sur l'envers dans un sens (le beige sur ma photo) et un intégré et pratiquement invisible, dans le sens de la bande unie, côté endroit. Du coup il est réversible et on peut le porter de plein de façons différentes. 
J'ai utilisé la laine Muze de Plassard, soie et kid mohair sans nylon ni rien de plus, un fil magnifique, pour la couleur principale, et Pure Soie Origin de Bergère de France pour le fil beige contrastant, superbe aussi. J'ai du tricoter la Muze en double pour compenser le poids de la soie, et j'ai consommé beaucoup plus de fil que ce que j'avais estimé au départ ce qui m'a coûté un bras au final, mais bon, c'est pour ma maman, quand on aime.. n'est-ce pas?, j'ai passé 6 pelotes de Muze et 3 de Pure Soie. Tout cela tricoté en 4mm. Mais j'en suis ravie. Je voudrais vraiment m'en faire un aussi pour moi, mais comme pour le Cedar Leaf Shawlette, on dirait que mes tricots préférés finissent ailleurs que dans ma garde-robe, et qu'au final, je manque de temps pour les refaire..







LinkWithin

Related Posts with Thumbnails